L'Iran reconnaît ne plus pouvoir exporter une goutte de pétrole

Installations pétrolières et gazières sur l’île iranienne de Kharg.
Installations pétrolières et gazières sur l’île iranienne de Kharg. Kaveh Kazemi/Getty Images
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'Iran a reconnu, pour la première fois, que les sanctions américaines avaient tari les rentrées pétrolières. Les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions contre onze sociétés iraniennes, chinoises et originaires des Émirats arabes unis, accusées d'aider l'Iran à contourner l'embargo américain sur ses exportations de pétrole.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

C'est la première fois qu'un responsable iranien reconnaît que les sanctions américaines empêchent toute exportation pétrolière du pays. « Ils ne nous autorisent pas à exporter une goutte de pétrole pour acheter des produits alimentaires ou des médicaments, et même si nous en vendons, nous ne pouvons pas récupérer l'argent », a déclaré le vice-président iranien, Mohammad Bagher Nobakht.

Après avoir quitté l'accord nucléaire de 2015, les États-Unis ont imposé de très lourdes sanctions économiques et bancaires contre l'Iran, notamment pour empêcher toute exportation pétrolière du pays. Jusque-là, les responsables iraniens ont toujours affirmé que l'Iran avait les moyens de contourner les sanctions américaines, même si les exportations pétrolières avaient baissé.

Les sanctions américaines affectent l'Iran

Ces déclarations interviennent alors que les États-Unis tentent, malgré l'opposition des pays européens, de la Russie et de la Chine, signataires de l'accord nucléaire, de réactiver les sanctions onusiennes contre l'Iran. Ces dernières semaines, treize des quinze membres du Conseil de sécurité des Nations unies se sont opposés aux tentatives américaines.

Cela n'empêche pas les sanctions et les menaces américaines de toucher de plein fouet l'économie iranienne. Ainsi, l'inflation est devenue incontrôlable et la valeur de la monnaie iranienne est en chute libre depuis un an.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail