Accéder au contenu principal

La France appelle Israël à ne pas expulser l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri

L'avocat franco-palestinien Salah Hamouri, en septembre 2018.
L'avocat franco-palestinien Salah Hamouri, en septembre 2018. AHMAD GHARABLI / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La France a demandé à Israël, dimanche 6 septembre, de surseoir à l'expulsion de l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri, et d'autoriser sa famille à le rejoindre à Jérusalem, selon des sources diplomatiques. Palestinien né à Jérusalem, ville dont la partie orientale a été annexée par l'État hébreu en 1967, Salah Hamouri n'a pas la nationalité israélienne mais un permis de résidence. Son épouse, Elsa Lefort, une Française, avait été expulsée en janvier 2016 d'Israël, avec l'interdiction d'y revenir pendant dix ans.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

C’est jeudi 4 septembre que le ministère israélien de l'Intérieur a informé l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri de son intention de révoquer son statut permanent en Israël. Une procédure qui devrait permettre son expulsion du pays. Salah Hamouri a un mois pour faire appel de cette décision.

Considéré comme membre d'une organisation terroriste

Dans une démarche peu ordinaire, l'ambassadeur de France en Israël, Eric Danon, s’est adressé dimanche 6 septembre au ministère des Affaires étrangères israélien pour demander que Salah Hamouri puisse continuer de séjourner à Jérusalem, et aussi de permettre à sa famille de le rejoindre. L’ambassadeur s’est heurté à une fin de non recevoir : Israël oeuvre pour la révocation du permis de résidence de l’avocat en raison de son appartenance à une organisation terroriste, lui a-t-on affirmé.

Militant pour la cause des prisonniers palestiniens, Salah Hamouri est accusé par Israël d'être membre du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), ce qu’il nie catégoriquement. En 2005, il avait été inculpé pour avoir projeté de tuer le grand rabbin rabbin Ovadia Yosef et condamné à sept ans de prison. Libéré dans le cadre d’un échange de prisonniers avec le Hamas, il a plus tard été placé pendant 13 mois en détention administrative, pour des liens avec une organisation illégale.

► (Ré)écouter : Salah Hamouri : «la division interpalestinienne est un cadeau pour l’occupation»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.