Accéder au contenu principal

Israël: Benyamin Netanyahu confronté à des manifestants toujours plus remontés

Des manifestants ont encore défilé à Jérusalem contre le Premier ministre israélin Benyamin Netanyahu, le 5 septembre 2020.
Des manifestants ont encore défilé à Jérusalem contre le Premier ministre israélin Benyamin Netanyahu, le 5 septembre 2020. Ammar Awad/Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Cette semaine encore, des milliers d'Israéliens ont manifesté à Jérusalem et à Cesarée face aux résidences du Premier ministre Benyamin Netanyahu, et également aux carrefours et sur les ponts ailleurs dans le pays. Des heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont également éclaté.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Des manifestants qui forcent les barrières de protection de la police : la scène s'est déroulée samedi 5 septembre, non loin de l'une des résidences du Premier ministre israélien. Au moins deux policiers ont été blessés légèrement. Plusieurs dizaines de manifestants ont été arrêtés.

Un dispositif renforcé avait été mis en place pour maintenir les manifestants opposés à Benyamin Netanyahu à distance. Et cette fois encore, pour la seconde semaine consécutive, des hassidim de la secte de Breslav, des ultra-orthodoxes, sont venus participer activement au mouvement de protestation.

► À lire aussi : Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu part en guerre contre les médias

« Benyamin Netanyahu corrompt tout autour de lui »

Après onze semaines, le mouvement ne s'essouffle pas, bien au contraire, comme l'explique l’un de ses organisateurs, Moshe Ben Attar : « Ce sont des gens qui se soucient réellement de ce qui se passe au sein de la société et dans le pays. Des gens qui sont vraiment inquiets de l’avenir, et qui veulent un autre Israël, un Israël meilleur, plus juste, plus qualitatif pour nos enfants et nos petits-enfants. »

Pour Yair Golan, député du parti « colombe » Meretz et ancien chef d’état-major adjoint, qui a participé à la manifestation, tout cela se produit parce que Benyamin Netanyahu « corrompt tout autour de lui, son parti, la droite et tout l'État d'Israël ». Le Premier ministre a été inculpé en novembre 2019 pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires, une première pour un chef de gouvernement israélien en cours de mandat.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.