Accéder au contenu principal

Iran: Téhéran entend bien venger la mort du général Soleimani

Le chef des Gardiens de la révolution iranienne, le général Hossein Salami, à Téhéran, le 25 novembre 2019.
Le chef des Gardiens de la révolution iranienne, le général Hossein Salami, à Téhéran, le 25 novembre 2019. AP Photo/Ebrahim Noroozi
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Il y a une semaine, le site d'information américain Politico évoquait un complot d'assassinat iranien contre l'ambassadrice des États-Unis en Afrique du Sud. Des représailles à la mort du général Qassem Soleimani, le chef des Gardiens de la révolution, tué dans un raid américain. Ce samedi Téréhan a répondu. Non, une telle attaque n'a jamais été planifée mais l'Iran compte bel et bien se venger.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Le général Salami a démenti les accusations américaines selon lesquelles l'Iran avait pour projet d'assassiner l'ambassadrice américaine en Afrique du Sud, en représailles à l'assassinat du général Qassem Soleimani, le chef de la force Qods des Gardiens de la révolution, en janvier dernier par les États-Unis à Bagdad.

« Monsieur Trump, notre vengeance est certaine, vous pensez que nous allons venger le sang versé de notre frère en visant une ambassadrice en Afrique du Sud. Non, nous allons viser ceux qui ont participé directement dans la mort de ce grand homme », a déclaré le général Hossein Salami.

Le site d'information américain Politico a rapporté il y a une semaine un complot d'assassinat contre Lana Marks. Le président américain, Donald Trump, a réagi en affirmant que « toute attaque de la part de l'Iran, sera suivie d'une attaque mille fois plus forte ».

Ces échanges de menaces interviennent alors que les États-Unis veulent réactiver les sanctions onusiennes contre l'Iran. Les États-Unis veulent notamment empêcher les ventes et les achats d'armes par Téhéran.

En effet, selon l'accord nucléaire de 2015 et la résolution du Conseil de sécurité qui a entériné cet accord, l'embargo sur les armes doit prendre fin prochainement et l'Iran pourra acheter et vendre des armes librement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.