Accéder au contenu principal

Liban: le président veut supprimer le partage communautaire des portefeuilles régaliens

Michel Aoun, le président libanais le 30 août 2020.
Michel Aoun, le président libanais le 30 août 2020. REUTERS
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Au Liban, trois semaines après sa désignation au poste de Premier ministre, Moustapha Adib ne parvient toujours pas à former un gouvernement en raison des conditions posées par les forces politiques qui contrôlent le Parlement. Le président Michel Aoun a proposé ce lundi 21 septembre une sortie de crise basée sur la rotation des principaux ministères.

Publicité

De notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Michel Aoun n’a pas caché son inquiétude sur la situation au Liban. « Si un gouvernement n’est pas formé, nous nous dirigeons vers l’enfer », a prévenu le chef de l’État dans un message adressé à la nation ce lundi 21 septembre 2020.

Le président de la République s’est posé en arbitre entre les camps chiite et sunnite qui s’affrontent au sujet de la composition du futur gouvernement, et retardent, de la sorte, le démarrage de l’initiative de sauvetage économique et financier proposée par la France.

Les chiites exigent que le portefeuille des Finances leur soit attribué, alors que la Constitution ne stipule pas que des ministères doivent être confiés à des communautés bien précises, a souligné Michel Aoun.

Le chef de l’État a également critiqué la position des forces sunnites, qui refusent que les blocs parlementaires, qui doivent accorder ou pas la confiance au gouvernement, soient consultés dans le processus de formation du cabinet. En guise de sortie de crise, le président propose la suppression de la distribution communautaire des quatre principaux ministères régaliens, la Défense, l’Intérieur, les Finances et les Affaires étrangères.

Ces portefeuilles étaient habituellement répartis entre maronites, grecs-orthodoxes, sunnites et chiites. Michel Aoun avance l’idée d’une rotation de ces portefeuilles pour surmonter l’obstacle qui empêche le Premier ministre désigné Moustapha Adib de former son gouvernement.

Attablé à une terrasse de café, dans un quartier animé de Beyrouth, Bachar Husseini, dentiste, la vingtaine, admet avoir a été surpris par la déclaration du président...

Reportage: les réactions des Libanais aux annonces

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.