Accéder au contenu principal

Iran: l'avocate emprisonnée Nasrin Sotoudeh hospitalisée dans un état inquiétant

Affiche appelant à la libération de Nasrin Sotoudeh.
Affiche appelant à la libération de Nasrin Sotoudeh. EM-RFI/PERSIAN
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh a été hospitalisée samedi 19 septembre. Condamnée à 12 ans de prison en 2019, cette militante des droits des femmes a entamé une grève de la faim il y a plus de 40 jours.

Publicité

Les proches de Nasrin Sotoudeh se disent inquiets pour sa vie. L'avocate iranienne, qui a commencé en août une grève de la fin, a été hospitalisée samedi 19 septembre, « gravement affaiblie » selon les mots de son mari. Une inquiétude partagée par la députée française Anne Genetet, qui préside le groupe d'amitié France-Iran à l'Assemblée nationale.

« Elle a été hospitalisée en urgence. Elle a été sortie de sa prison pour être hospitalisée en service de soins intensifs de cardiologie. Etant moi-même médecin, je comprends que son état était paticulièrement inquiétant pour que ce choix ait été fait », a déclaré l'élue.

Très affaiblie par une grève de la faim commencée le 11 août

Avant son hospitalisation, Nasrin Sotoudeh purgeait sa peine à la prison d'Evine, dans le nord de Téhéran, où est également incarcérée la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah.

Ce mardi 22 septembre, dans la matinée, la députée Anne Genetet et l'un de ses collègues ont rencontré l'ambassadeur d'Iran en France pour dénoncer l'emprisonnement de Nasrin Sotoudeh : « Quand on se comporte de la sorte et qu'on bafoue les valeurs humanistes que nous défendons, c'est l'image de tout un pays et de tout un peuple qui risque d'être entâchée. Ça ne peut être que délétère pour son image et son besoin d'appui et de reconnaissance internationale que recherche l'Iran aujourd'hui. »

Âgée de 57 ans, Nasrin Sotoudeh a notamment défendu des Iraniennes ayant défié l'obligation de porter le voile dans leur pays, ce qui lui a valu sa lourde condamnation, notamment pour « incitation à la débauche ». C'est pour dénoncer les conditions d'incarcération des détenus politiques en Iran que Nasrin Sotoudeh a cessé de s'alimenter le 11 août dernier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.