Accéder au contenu principal

Israël: la justice autorise l'extradition d'une Australienne accusée de pédophilie

Des membres de la famille de Malka Leifer quittent le tribunal de district de Jérusalem, après l'approbation de son extradition, le 21 septembre 2020.
Des membres de la famille de Malka Leifer quittent le tribunal de district de Jérusalem, après l'approbation de son extradition, le 21 septembre 2020. REUTERS/Ammar Awad
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un tribunal israélien a donné le feu vert à l'extradition de Malka Leifer, ancienne directrice d'école ultra-orthodoxe accusée d’abus sexuels sur mineures en Australie, mais résidant désormais en Israël. C'est un tournant, mais pas une fin, dans cette affaire de pédophilie qui provoque des tensions entre les deux pays et la communauté juive australienne depuis des années. 

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Après une procédure judiciaire qui se poursuit par épisodes depuis plus de six ans, on est proche d'une conclusion, selon l’avis général. Le jugement rendu par le tribunal de district de Jérusalem est décisif : Malka Leifer pourra être extradée vers son pays d’origine, l’Australie, pour y répondre de 74 chefs d’accusations pour viol et agressions sexuelles sur des dizaines de mineures.

Le tribunal a souligné que l’ancienne directrice de l’école Adass Israel de Melbourne, une institution de jeunes filles, avait simulé la maladie mentale afin d’éviter l’extradition et qu’elle est pourtant apte à répondre de ses actes devant les juges.

En Israël, Malka Leifer aurait notamment joui du soutien du chef du parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah, l’ancien ministre de la Santé Yaakov Litzman. La police a recommandé l’inculpation de ce dernier, en raison des pressions qu’il aurait exercées pour changer les expertises des médecins sur l’état psychique de la prévenue.

Mais tout n’est pas encore fini. Les avocats de Malka Leifer, qui évoquent « une décision politique », ont indiqué qu’ils feraient appel de l’ordonnance d’extradition devant la Cour suprême israélienne : une question de quelques mois, estiment les spécialistes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.