Accéder au contenu principal

Le Liban et la Syrie ravagés par d'immenses feux de forêt

Vue aérienne d'un incendie dans le district de Metn du Mont Liban, le 9 octobre 2020
Vue aérienne d'un incendie dans le district de Metn du Mont Liban, le 9 octobre 2020 AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des milliers d’hectares de forêts et d’espaces verts sont partis en fumée au Liban et en Syrie en raison de dizaines d’incendies que les pompiers et les services compétents peinent à maîtriser.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

L’origine de la plupart des incendies n’a pu être déterminée, mais les températures inhabituellement élevées pour la saison et les vents chauds ont favorisé la progression des flammes. Ce samedi 10 octobre, et pour le troisième jour consécutif, des dizaines de foyers se sont déclarés partout au Liban, détruisant des pinèdes et réduisant en cendre de vastes espaces verts.

Les pompiers et la défense civile luttent sans relâche pour tenter de maîtriser les flammes, avec l’aide d’hélicoptères de l’armée libanaise. Un énorme feu s’est déclaré dans les fermes de Chebaa, occupées par Israël à l’extrême sud-est du Liban. Un député de la région a accusé les Israéliens de provoquer ces incendies et appelé l'armée et la force des Nations unies déployées dans la région à intervenir.

Le directeur des opérations à la défense civile libanaise a qualifié la situation « d'insensée », affirmant à l’Agence France Presse que « les incendies sont partout ».

La situation n’est guère meilleure dans la Syrie voisine, ravagée par des dizaines de feu de forêt depuis plusieurs jours. Dans les seules provinces côtières de Tartous et Lattaquié, plus de 80 incendies ont réduit en fumée des centaines d’hectares.

Devant l’ampleur du désastre, les autorités des deux pays semblent démunies. Le seul espoir est la baisse des températures attendue dans les prochains jours.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.