Accéder au contenu principal

Israël: un Palestinien en grève de la faim dans un état critique

Accusé d'entretenir des liens avec le Jihad islamique, un groupe armé palestinien, Maher el-Akhras, 49 ans, a été arrêté en juillet près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée.
Accusé d'entretenir des liens avec le Jihad islamique, un groupe armé palestinien, Maher el-Akhras, 49 ans, a été arrêté en juillet près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée. REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C'est un sujet de contentieux régulier entre Israël et les Palestiniens: un détenu palestinien est en grève de la faim pour protester contre sa détention administrative. Ce régime permet à Israël d'incarcérer des Palestiniens sans les mettre formellement en examen. Après plus de 80 jours de grève de la faim, Maher el-Akhras est désormais dans un état critique et plusieurs ONG estiment que sa mort pourrait être imminente.

Publicité

De notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

Dans une vidéo tournée ce mercredi 14 octobre et diffusée par des militants palestiniens, Maher el-Akhras apparaît sur son lit d'hôpital. Affaibli, il s'adresse à la caméra d'une toute petite voix, mais il affirme sa détermination: « je ne mangerai qu'une fois rentré chez moi » dit-il, malgré les menaces qui pèsent désormais sur sa vie. 

Lundi 12 octobre, l'organisation israélienne de défense des droits de l'homme B'Tselem a estimé qu'il était « aux portes de la mort ». Et une autre organisation israélienne, Docteurs pour les droits de l'homme, souligne que les grévistes de la faim commencent à mourir 75 jours après avoir cessé de s'alimenter.

Maher el-Akhras en est lui à 82 jours de grève de la faim. Il dénonce son arrestation et son incarcération sans chef d'accusation. Cet homme d'affaires palestinien a été arrêté début juillet dans son village du nord de la Cisjordanie. Selon les services de sécurité israéliens, il est membre du Jihad islamique, un groupe considéré comme terroriste par Israël, et il représentait un risque imminent pour la sécurité du pays. Lui rejette ces accusations.

Le sort de Maher el-Akhras suscite une vague d'émotion dans les territoires palestiniens. En Cisjordanie comme à Gaza, des manifestations de soutien ont été organisées. Et les deux principaux partis, Fatah et Hamas, ont demandé sa libération, jugeant que son décès pourrait raviver les tensions.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.