Accéder au contenu principal

Cisjordanie: les Palestiniens s’indignent de la visite de Pompeo dans une colonie illégale

Des Palestiniens manifestent contre la visite de Mike Pompeo à la colonie de Psagot, en Cisjordanie occupée, le 18 novembre 2020, à Al-Bireh.
Des Palestiniens manifestent contre la visite de Mike Pompeo à la colonie de Psagot, en Cisjordanie occupée, le 18 novembre 2020, à Al-Bireh. © Mohamad Torokman, Reuters
Texte par : RFI Suivre
5 mn

En tournée au Proche-Orient, le secrétaire d’État américain Mike Pompéo a atterri mercredi 18 novembre en Israël, où il rencontre Benyamin Netanyahu et des responsables bahreïnis. Il a également visité la colonie israélienne de Psagot, en Cisjordanie occupée, bravant le consensus international. Cette colonie illégale est connue pour son vin, exporté en Europe et aux États-Unis. Une visite inacceptable pour les Palestiniens d’Al-Bireh, le village d’en face.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Al-Bireh, Alice Froussard

Une centaine de personnes sont réunies à Al-Bireh, pour s’opposer à la visite de Mike Pompeo dans la colonie de Psagot, que l’on devine sur la colline d’en face.

Tamam Quran, jeune Palestino-américaine, a vécu toute sa vie ici, la colonie a été construite sur la terre de sa famille. « J’ai 25 ans et depuis que je suis née, j’ai vu cette colonie s’agrandir à une si grande vitesse, regrette la jeune femme. La visite de Mike Pompeo n’est même plus choquante : ce n’est pas la première fois qu’un homme politique fait ce genre de choses, une chose illégale, sans penser aux conséquences. »

À côté d’elle, d’autres propriétaires dépossédés expriment leur colère. Abdel Jawab Saleh était maire d’Al-Bireh quand la colonie a été construite à Jabal al-Tawil, le nom palestinien de Psagot.

« C’est notre terre, avant même que les États-Unis aient été créés ! Vous voyez les pins là bas ? Je les ai plantés de mes propres mains, s’énerve-t-il. Ce n’est pas seulement un souvenir, c’est un acte, une connexion, c’est ma vie. Et on veut dire aux Américains : "quand vous buvez ce vin, vous buvez le sang du peuple palestinien" ! »

Pour eux la visite est un affront, une manière de normaliser la colonisation, ajoutent-ils. « C’est un message qui doit être clair à tout le monde : on n’est pas des explorateurs. On a été ici, on sera ici, on restera ici, lance Moussa Jwayyed, ancien conseiller municipal. Le nettoyage ethnique est encore loin ! »

Tous appellent à l’interdiction de la commercialisation de ce vin produit dans la colonie.

À lire aussi : Tournée de Mike Pompeo au Moyen-Orient: l'Iran toujours en ligne de mire?

Les propriétaires palestiniens dépossédés de leurs terres par les colons israéliens en colère contre la visite de Mike Pompeo

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.