Accéder au contenu principal

Iran, accord d'Abraham, colonies: en Israël, Mike Pompeo veut laisser son empreinte

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et son épouse Susan à leur descente d'avion à l'aéroport de Tbilissi, le 17 novembre 2020.
Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et son épouse Susan à leur descente d'avion à l'aéroport de Tbilissi, le 17 novembre 2020. AP Photo/Patrick Semansky
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le chef de la diplomatie américaine poursuit sa tournée. Après la France, la Turquie et la Géorgie, Mike Pompeo est attendu ce mercredi 18 novembre à la mi-journée en Israël pour ce qui pourrait être sa dernière visite chez cet allié proche des États-Unis. Le secrétaire d'État américain vient poursuivre les efforts diplomatiques de l’administration Trump dans la région.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Ce mercredi, les premières rencontres de Mike Pompeo devraient être consacrées aux principaux succès diplomatiques de l'administration Trump, à commencer par les accords d'Abraham, qui ont permis la normalisation des relations entre Israël d'un côté et les Émirats arabes unis et Bahreïn de l'autre. Le chef de la diplomatie bahreïnienne est aussi attendu en Israël pour une première visite officielle et une rencontre tripartite entre États-Unis, Bahreïn et Israël est prévue.

La lutte contre l'Iran est un thème de discussion de tous les responsables américains en visite en Israël et un thème sur lequel l'administration Trump et Benyamin Netenyahu ont affiché une parfaite entente depuis quatre ans. Il sera présent aussi dans les discussions de ces prochains jours. Le secrétaire d'État devrait profiter de cette possible ultime visite pour affirmer sa fermeté jusqu'au bout face à la République islamique.

D'ailleurs, cette visite intervient alors que les tensions entre Israël et l’Iran viennent de monter d’un cran. L’armée israélienne a mené une série de bombardements cette nuit sur le territoire syrien, visant des intérêts iraniens. Elle dit avoir frappé des cibles de la force Qods des Gardiens de la Révolution ainsi que des cibles des forces armées syriennes, alliées à l’Iran.

Pour Israël, ces raids – dans lesquels des soldats syriens et combattants étrangers ont été tués – sont des représailles à la découverte mardi d’engins explosifs placés du côté israélien de la ligne de démarcation entre les deux pays. Ils avaient, dit l’armée israélienne, « été placés par une équipe syrienne menée par des forces iraniennes » et visaient des soldats.

Visite dans une colonie en Cisjordanie et dans le Golan

Mais la partie la plus forte de la visite de Mike Pompeo en Israël ne devrait pas être tant ses rencontres que ses déplacements.

Le secrétaire d'État américain devrait se rendre dans une colonie israélienne de Cisjordanie ainsi que dans le Golan. Ces deux territoires sont considérés, en droit international, comme occupés par Israël. Mais l'administration Trump s'est démarquée de cette position. Et Mike Pompeo semble vouloir être retenu comme le premier chef de la diplomatie américaine à se rendre dans ces zones disputées.

À lire aussi : Tournée de Mike Pompeo au Moyen-Orient: l'Iran toujours en ligne de mire?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.