Accéder au contenu principal

Arabie saoudite: les rebelles houthis revendiquent l'attaque d'une installation pétrolière

Des réservoirs de pétrole près de Jeddah en Arabie saoudite (image d'illustration).
Des réservoirs de pétrole près de Jeddah en Arabie saoudite (image d'illustration). AP - Amr Nabil
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'Arabie saoudite a confirmé l'attaque menée lundi contre des installations pétrolières à Jeddah et revendiquée par les rebelles houthis du Yémen voisin. Les Houthis affirment que c'est une réponse au « siège continu et à l'agression de l'Arabie saoudite », pays qui mène une coalition en soutien au gouvernement yéménite contre les rebelles, depuis 2015. 

Publicité

Après une explosion suivie d'un incendie et un trou béant laissé dans un réservoir d'hydrocarbures, les responsables d'Aramco, le géant pétrolier saoudien, ont dénoncé l'attaque qui a visé lundi une de leur usine à Jeddah. C'est « un acte de terrorisme et de sabotage » affirme le ministère saoudien de l'énergie. 

Le rebelles houthis du Yémen voisin ont revendiqué cet acte, un tir de missile nouvelle génération selon le site d'information pro-rebelles Al Masirah. Le projectile a parcouru au moins 600 km, distance qui sépare la frontière yéménite de Jeddah en Arabie saoudite.

Ce n'est pas la première fois que les installations pétrolières d'Aramco sont visées. En 2019, une attaque de grande envergure avait contraint le pays à réduire sa production de pétrole de moitié, provisoirement en tous cas. Cette fois, il n'y aura pas de conséquence sur la production assure Riyad.

Les Houthis s'en prennent régulièrement à l'Arabie saoudite accusée d'agression permanente contre les civils yéménites. Le royaume saoudien a pris la tête en 2015 d'une coalition armée contre les rebelles, en soutien au gouvernement du Yémen. La guerre dure depuis 6 ans et a fait des dizaines de milliers de morts.   

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.