Accéder au contenu principal

Afghanistan: au moins une trentaine de militaires tués dans un attentat-suicide

Les forces de sécurité afghanes surveillent l’extérieur d’un complexe militaire après l’explosion d’une voiture piégée à la périphérie de la ville de Ghazni, en Afghanistan, le 29 novembre 2020.
Les forces de sécurité afghanes surveillent l’extérieur d’un complexe militaire après l’explosion d’une voiture piégée à la périphérie de la ville de Ghazni, en Afghanistan, le 29 novembre 2020. REUTERS - MUSTAFA ANDALEB
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Une attaque contre une base des forces de sécurité, dans la province de Ghazni (centre), a fait au moins trente morts et une vingtaine de blessés, ce dimanche 29 novembre. L’Afghanistan fait face à une recrudescence des violences depuis plusieurs mois, malgré des pourparlers de paix à Doha, au Qatar, entre talibans et représentants du gouvernement.

Publicité

Avec notre correspondante régionale, Sonia Ghezali

La carcasse de la voiture calcinée trône sur le trottoir devant la base militaire prise pour cible. Le kamikaze a déclenché sa charge à l’entrée. « Trente corps et 24 blessés ont été amenés à l'hôpital. Tous sont des membres des forces de sécurité », a déclaré à l'AFP Baz Mohammad Hemat, directeur de l'hôpital de Ghazni. 

L’attaque n’a pas été revendiquée mais Ghazni est une province largement disputée par les talibans qui mènent des attaques régulières contre les forces de sécurité afghanes.

D’autres attaques ont par ailleurs eu lieu dans la matinée du 29 novembre en Afghanistan, dont une similaire à Zabul, dans le sud-est du pays, où le convoi du chef du conseil provincial a été pris pour cible par un kamikaze en voiture qui a déclenché sa charge à son passage.

Pas d'avancée dans les pourparlers 

Un autre élu local d’une province au nord de Kaboul a été blessé dans une embuscade tendue par des hommes armés qui ont pris la fuite.

L’Afghanistan fait face à une recrudescence des violences talibanes contre les forces de sécurité et les représentants gouvernementaux depuis plusieurs mois malgré les pourparlers de paix à Doha.

Depuis septembre 2020, talibans et représentants du gouvernement afghan peinent à se mettre d’accord sur la feuille de route avant de s’envoler probablement à Oslo pour poursuivre les pourparlers. Pour l’instant, il n’y a pas d’avancée. Et sur le terrain, il n’y pas de réduction des violences, bien au contraire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.