Accéder au contenu principal

Scientifique assassiné: l'Iran évoque une «méthode sophistiquée» et accuse le Mossad

Les obsèques du scientifique nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh le 30 novembre à Téhéran.
Les obsèques du scientifique nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh le 30 novembre à Téhéran. © Iranian Defense Ministry via AP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les obsèques du scientifique nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh, tué le 27 novembre dans une attaque au véhicule piégé imputée par Téhéran à Israël, ont eu lieu ce lundi en présence de sa famille et de responsables politiques et militaires.

Publicité

Ce lundi 30 novembre, avec un protocole digne des plus grands « martyrs » de la République islamique d'Iran, les autorités ont rendu un dernier hommage au scientifique Mohsen Fakhrizadeh, et promis de poursuivre son œuvre.

Dans des interviews vidéo données à des médias iraniens devant les lieux de l'enterrement de ce physicien nucléaire, l'amiral Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale est revenu sur les circonstances de l'attaque. « Depuis 20 ans, les ennemis cherchaient à assassiner le martyr Fakhrizadeh. Ils n'avaient pas réussi jusque-là, mais cette fois la méthode sophistiquée utilisée a malheureusement provoqué sa mort », a déclaré le responsable, ajoutant que des moyens électroniques ultramodernes avaient été utilisés pour commettre ce meurtre, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi .

Une mitrailleuse automatique télécommandée

Les Moudjahidine du Peuple, un groupe d'opposition en exil, « ont forcément dû être impliqués », mais « l'élément criminel dans tout cela est le régime sioniste et le Mossad », les services secrets israéliens, a également affirmé Ali Shamkhani.

Dans les médias iraniens quelques détails ont filtré. l'attaque aurait été menée au moyen d'une mitrailleuse automatique télécommandée. L'agence de Presse Fars croit savoir que l'arme était installée sur un pick-up Nissan. La méthode semble inédite, pour un assassinat qui en rappelle d'autres : entre 2010 et 2012 quatre scientifiques nucléaires iraniens ont été assassinés. Leurs voitures éventrées par des charges explosives sont exposées dans le musée que la République islamique consacré à ses martyrs, à Téhéran.

Débat sur la réponse à donner

L'un des hauts responsables des Gardiens de la révolution, le général Hadjizadeh, a affirmé que les Gardiens appliqueront l'ordre donné par le guide suprême pour venger la mort de Mohsen Fakhrizadeh. Un débat est en cours au sein du pouvoir pour savoir s'il faut attendre la fin du mandat du président américain Donald Trump ou s’il faut réagir immédiatement.

En attendant, le Parlement a accéléré le vote d'une loi qui prévoit de réduire la coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique et accélérer le programme nucléaire. L'un des points de cette loi prévoit l'enrichissement à 20% alors que dans le cadre de l'accord nucléaire, l'Iran s'était engagé à réduire son enrichissement à 3,5%.

À lire: L'Iran accuse Israël d'être impliqué dans l'assassinat d’un haut scientifique iranien

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.