Accéder au contenu principal

Israël transfère près d'un milliard de dollars dus à l'Autorité palestinienne

Mohammed Shtayyeh, à Ramallah en juin 2020.
Mohammed Shtayyeh, à Ramallah en juin 2020. AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Ce mercredi, Israël a rendu à l’Autorité palestinienne l’équivalent de plus d’un milliard de dollars, le premier gage tangible d’une reprise de dialogue. Car, alors que les liens étaient rompus depuis des mois, les Palestiniens sont revenus sur leur décision et ont annoncé la reprise des liens sécuritaire, mais surtout financiers avec Israël.

Publicité

Avec notre correspondante à Ramallah, Alice Froussard

3 milliards 768 shekels, soit l’équivalent de près d’un milliard d’euros. Cet argent vient des taxes douanières que l’Etat hébreu a prélevées au nom des Palestiniens ces derniers mois, des taxes gelées depuis mai dernier, date de la fin de la coopération entre les deux parties.

« Un argent auquel les Palestiniens ont droit », précise Mohammed Shtayyeh, Premier ministre, et qui va aider l’économie palestinienne et soulager une bonne partie des habitants. Car depuis des mois, les fonctionnaires n’étaient payés qu’une partie de leur salaire.

Ce jeudi, ils récupèrent pour la première fois la totalité de la somme qui leur est due et recevront les compensations salariales au fur et à mesure.

Mais ce transfert - qui représente 35% des recettes fiscales prévues en 2020 - n’équilibrera pas le budget annuel palestinien, trop en déficit. Et la crise sanitaire n’arrange rien : une partie de cet argent sera en effet allouée aux hôpitaux et au système de santé en général.

Et il est trop tôt pour crier victoire : car si l’Etat hébreu a transféré les taxes perçues ces derniers mois, il continue toutefois à déduire de ces montants des sommes allouées aux prisonniers palestiniens.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.