Accéder au contenu principal

Le rachat du Beitar Jérusalem à 50% par un Emirati provoque des heurts entre supporters

Les supporters rivaux du Beitar Jérusalem se sont affrontés vendredi 11 décembre.
Les supporters rivaux du Beitar Jérusalem se sont affrontés vendredi 11 décembre. Emmanuel DUNAND AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C’est un résultat étonnant des accords dits d’Abraham entre Israël et les Emirats : Un sheikh de la famille royale des Emirats arabes unis acquiert 50% des parts de Beitar Jérusalem. Sheikh Hamad bin Khalifa al-Nahyan s’engage à investir 300 millions de shekels, soit environ 100 millions de dollars dans la célèbre équipe de football qui est liée au mouvement nationaliste créé par Zeev Jabotinsky. Mais les supporters de l'équipe sont profondément divisés sur cette transaction. Et lors d'un entrainement de l'équipe ils ne l'ont pas caché.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Le propriétaire du Beitar Jérusalem hué par une partie des supporteurs du club. Il a même été violemment pris à partie par les membres de la Familia, un groupe de supporters connus pour leur extrémisme et leurs débordements, en tout, une dizaine d’ultras masqués et tout de noir vêtus.

D’autres supporters portent Moshe Hogeg en triomphe sur leurs épaules. Cela se passe sur le stade d'entraînement de l’équipe en plein cœur de Jérusalem. Des affrontements qui tournent autour du rachat du club pour moitié par un riche émirati membre de la famille royale d’Abou Dhabi. Moshe Hogeg, le co-propriétaire tente de calmer les esprits : « J’ai un nouveau partenaire et Beitar a un nouveau propriétaire: Sheikh Hamad ben Khalifa al-Nahyane, un homme épris d’amour et de paix. Combien ce sera magnifique avec l’aide de Dieu de voir des gens au Proche-Orient crier ensemble dans des langues différentes, goal, but ! »

La presse israélienne a mis l’accent sur l’aspect ironique de cette transaction pour le club de Jérusalem dont une partie des fans est ouvertement raciste et a manifesté dans le passé contre la présence de joueurs musulmans sur le terrain de l’équipe. Quatre personnes âgées de 18 à 29 ans ont été arrêtées par la police pour troubles à l'ordre public.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.