Covid-19: la Jordanie devient le premier pays à vacciner les réfugiés sur son sol

Un Jordanien reçoit le vaccin chinois Sinopharm contre le Covid-19 dans un centre de vaccination d'Amman, la capitale jordanienne, le 13 janvier 2021.
Un Jordanien reçoit le vaccin chinois Sinopharm contre le Covid-19 dans un centre de vaccination d'Amman, la capitale jordanienne, le 13 janvier 2021. AFP - KHALIL MAZRAAWI
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le roi Abdallah 2 de Jordanie et son fils le Prince héritier Hussein se sont fait vacciner cette semaine pour marquer le lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 dans le royaume. Les autorités veulent dans un premier temps vacciner le quart des 10 millions de Jordaniens. Fait notable, le pays est le premier à vacciner les réfugiés présents sur son sol. Ils sont 750 000 réfugiés, selon l'ONU, en grande majorité des Syriens ayant fui la guerre.

Publicité

« Les réfugiés, comme la population locale, ont la possibilité d’accéder aux centres de santé dans les différents gouvernorats, souligne Francesco Bert, responsable des relations extérieures du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés (HCR) à Amman, au micro de Nicolas Falez, du service International de RFI. Ce qui est important ici, c’est comme les réfugiés font partie [de la population], comme ils vivent ici dans le pays, les vacciner, cela veut dire un peu protéger tout le monde. Si les réfugiés sont exclus du Plan national de vaccination, cela veut dire que le virus continue de circuler. »

Pour Francesco Bert, d'autres pays devraient suivre cet exemple. « Les Jordaniens ont commencé la vaccination, poursuit-il. Évidemment, nous espérons que les autres pays vont suivre. Evidemment, il s’agit aussi de la possibilité d’avoir les vaccins déjà présents sur le territoire. Là encore, la Jordanie est l’un des derniers pays - surtout ici, dans le Moyen-Orient - qui a commencé la campagne nationale de vaccination. »

« Licence d'urgence »

La Jordanie a lancé ce mercredi 13 janvier sa campagne de vaccination contre le coronavirus en commençant par le personnel soignant, les personnes atteintes de maladies chroniques et celles âgées de plus de 60 ans. Amman avait annoncé samedi avoir accordé une « licence d'urgence » pour utiliser le vaccin chinois de Sinopharm, deuxième vaccin à être approuvé en Jordanie après l'américano-allemand de Pfizer-BioNTech.

Le ministère de la Santé a choisi 29 centres de vaccination à travers la Jordanie, dont sept dans la capitale. L'objectif des autorités est de vacciner environ le quart des 10 millions d'habitants. Le vaccin est gratuit pour les Jordaniens et les résidents étrangers.

 Restrictions levées graduellement

Suite à une baisse des contaminations ces dernières semaines, le Premier ministre Bicher al-Khasawneh a indiqué que les restrictions mises en place pour endiguer la propagation du virus, dont un couvre-feu le vendredi, seraient levées au fur et à mesure à partir de cette semaine, et que les écoles rouvriraient en février.

La Jordanie a enregistré plus de 310 000 cas d'infection au Covid-19 et 4 091 décès. Cinq cas du variant britannique du virus, considéré comme plus contagieux, ont été signalés.

► À lire aussi : Que sait-on des différents variants du Covid-19?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail