Israël: B'Tselem banni des écoles après sa dénonciation d'un «apartheid»

Vue de Jérusalem
Vue de Jérusalem wikipedia
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’État hébreu contre-attaque, une semaine après avoir été qualifié d'« État d’apartheid » par l’ONG israélienne B’Tselem. Les autorités ont décidé d’interdire à cette organisation d’intervenir dans les écoles du pays. B’Tselem dénonce une décision scandaleuse. 

Publicité

Avec notre correspondant à JérusalemSami Boukhelifa

B’Tselem persiste et signe. Face aux pressions des autorités israéliennes, l’ONG ne recule pas. Pour son porte-parole Amit Gilutz, Israël est bel et bien un régime « d’apartheid ». « Le ministre de l’Éducation Yoav Gallant a ordonné aux écoles de bannir B’Tselem, en disant qu’il était contre les mensonges et qu’il défendait un Israël juif et démocratique. C’est le ministre Gallant qui ment ! Israël ne peut pas être considéré comme une démocratie tant que l’État hébreu œuvre à perpétuer la suprématie juive au détriment des Palestiniens. Cela s’appelle : l’apartheid. Personne ne peut dissimuler la réalité. »

Créée en 1989, l’ONG répertorie sans concession les violences et les injustices subies par les Palestiniens sous occupation israélienne. « B’Tselem est déterminée à poursuivre son travail de documentation et d’analyse, et à rendre publique ses informations aussi bien en Israël qu’à travers le monde » prévient Amit Gilutz.

Le rapport de B’Tselem qui fâche l’État hébreu a été publié le 12 janvier dernier. Il est intitulé : « Une suprématie juive du Jourdain à la méditerranée: c'est l'apartheid ». 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail