Israël: manifestation anti-Netanyahu lors de son procès pour corruption

Des manifestants anti-Netanyahu devant le tribunal où ce dernier est jugé pour corruption, le lundi 8 février 2021.
Des manifestants anti-Netanyahu devant le tribunal où ce dernier est jugé pour corruption, le lundi 8 février 2021. © Maya Alleruzzo/AP

En Israël, le procès de Benyamin Netanyahu a repris ce lundi. Le Premier ministre israélien est notamment inculpé pour corruption. C’est la deuxième fois qu’il comparait devant ses juges, depuis l’ouverture de son procès en mai dernier. Et à l’extérieur, plusieurs dizaines de citoyens israéliens étaient rassemblés pour réclamer sa démission.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

Pour rien au monde Ofer n’aurait raté cette manifestation. Sur sa pancarte il a écrit Crime Ministre, un jeu de mots en anglais pour qualifier le Premier ministre de criminel : « Il y a de quoi devenir fou. Quelqu’un doit absolument mettre fin à cette situation. Avec ma famille, chaque semaine nous participons à deux ou trois manifestations contre lui. Il est totalement corrompu ».

« Il a causé tellement de tort à ce pays »

Alors que Benyamin Netanyahu, entre au tribunal, un manifestant joue sur son violon la musique du Parrain, célèbre film sur la Mafia. Tom, jeune mère de famille est en colère contre le Premier ministre.

« Il doit partir. Il a pris notre pays en otage. Durant les dernières décennies, il a causé tellement de tort à ce pays que je n’arrive à trouver les mots, ni en hébreu, ni en anglais pour vous décrire le mal qu’il a fait. Il doit partir, trop c’est trop ».

Asaf, un autre manifestant, poursuivra sa mobilisation aussi longtemps que nécessaire : « J’attends que justice soit faite. Nous voulons voir le Premier ministre debout à la barre dans le tribunal, pour qu’il réponde des crimes qu’il a commis. Le problème n’est pas qu’il aille en prison, mais que le pays soit débarrassé de la corruption ».

Benyamin Netanyahu est inculpé pour corruption, malversation et abus de confiance. Ce lundi il a plaidé : non coupable. Comme pour montrer qu’il est le maitre du temps : il n’est resté que 20 minutes dans la salle d’audience, avant de repartir sans explications. À l’intérieur du tribunal le procès s'est poursuivi avec ses avocats.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail