Nucléaire iranien: Téhéran étudie une proposition de réunion avec les Américains

Image satellite du site iranien de Fordow où le pays enrichit de l'uranium.
Image satellite du site iranien de Fordow où le pays enrichit de l'uranium. AFP - -
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Grossi, a rencontré le chef du nucléaire iranien Ali Akbar Salehi, deux jours avant la mise en application de la décision du parlement iranien de limiter la coopération de Téhéran avec l'agence internationale.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Le représentant de l'Iran auprès de l'AIEA a qualifié les discussions de « fructueuses » sans donner pour le moment d'autres détails. En revanche, le chef de la diplomatie iranienne a rejeté toute idée de négociations tant que les États-Unis n'auront pas annulé toutes les sanctions imposées contre l'Iran depuis 2018. « Joe Biden qui a reconnu l'échec de la politique de pression maximale menée par Donald Trump continue néanmoins à mener la même politique et il ne l'a pas changé », a déclaré Mohammad Javad Zarif.

Tant que les Américains ne reviendront pas à leurs engagements en levant les sanctions, a-t-il ajouté, d'autres actions seront menées pour accélérer le programme nucléaire de Téhéran et que Rafael Grossi en sera informé.

L'Iran assure que si les Américains annulent leurs sanctions, elle respectera de nouveau tous ses engagements en limitant son programme nucléaire. Visiblement, Téhéran a décidé de maintenir une position de fermeté pour mettre la pression sur Washington et les pays européens.

Rencontre informelle

Plus tot, le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi avait fait une annonce plus mesurée. Il avait d'abord confirmé la détermination de Téhéran à ne plus appliquer le Protocole additionnel de l'AIEA. Ce qui signifie la restriction des inspections de l'agence dans les installations nucléaires du pays. Mais dans le même temps, avait affirmé Abbas Araghchi, l'Iran est en train d'étudier une proposition du chef de la diplomatie européenne pour une rencontre informelle avec les Américains.

Josep Borrell a proposé une réunion informelle entre signataires de l'accord nucléaire de 2015, c'est-à-dire la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Russie, la Chine et l'Iran avec la présence des Américains en tant qu'invités, a déclaré Abbas Araghchi. Les États-Unis ont quitté l'accord nucléaire en 2018.

« Nous sommes en train d'examiner cette proposition », a affirmé le vice-ministre des Affaires étrangères, en ajoutant que l'Iran donnera bientôt sa réponse.

► À écouter aussi : Nucléaire iranien: optimisme prudent

Gestes parallèles entre l'Iran et les États-Unis

Téhéran exige l'annulation de toutes les sanctions imposées depuis 2018 par Donald Trump. L'Iran assure que dans ce cas, elle respectera de nouveau tous ses engagements en limitant son programme nucléaire.

Des discussions techniques sont peut-être nécessaires pour mettre en place un mécanisme avec des gestes parallèles entre l'Iran et les États-Unis, a déclaré le diplomate iranien.

Cette solution pourrait permettre de donner une nouvelle vie à l'accord nucléaire de 2015, avec notamment le retour des États-Unis au sein du groupe 5+1.

► À lire aussi : Nucléaire iranien: l'Occident avertit Téhéran, les États-Unis prêts au dialogue

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail