Reportage

«Marée noire» en Israël: les bénévoles se mobilisent pour nettoyer le littoral

De jeunes bénévoles nettoient la plage de Acadia Beach, à Herzliya au nord de Tel Aviv.
De jeunes bénévoles nettoient la plage de Acadia Beach, à Herzliya au nord de Tel Aviv. © Sami Boukhelifa/RFI
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Les opérations de nettoyage se poursuivent en Israël après la vague de pollution qui a touché la Méditerranée orientale. Les autorités israéliennes parlent d’une « marée noire », la plus grave depuis des décennies. Des dizaines, voire des centaines de tonnes de goudron auraient été déversées en pleine mer. Une enquête est en cours mais en attendant une armée de bénévoles s’est mobilisée pour nettoyer le littoral israélien. Reportage dans une station balnéaire au nord de Tel Aviv.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Hezliya,  Sami Boukhelifa

À l’aide d’une pelle et d’un tamis, Ron, jeune volontaire de 25 ans, passe le sable au peigne fin. « C’est une catastrophe, dit-il. Regardez, nous ramassons ces petites boulettes noires dans le sable. »

Des dizaines de fragments noirs apparaissent à chaque pelletée. Plus loin sur la plage, Josh et ses amis bénévoles, vêtus de combinaisons blanches, travaillent en musique pour se donner du courage. « Nous polluons notre planète et la plupart d’entre nous ne le réalise même pas, affirme Josh. C’est comme si nous vivions au milieu de nos poubelles, nous suffoquons et tout meurt autour de nous. » 

Adi a même pris un jour de congé pour participer aux opérations de dépollution. « Ça craint, lâche-t-il. J’aurais aimé que le gouvernement s’implique davantage pour nettoyer la côte. Il pourrait encore le faire, en fait, mais je ne pense pas qu’il le fera ». 

À Herzliya, c’est la municipalité qui a pris les choses en main. « De la bande de Gaza jusqu’à Tyr au Liban, tout le monde est touché, explique Shmulik Lin, chargé de la gestion des plages de la ville. Le mois dernier, nous avions organisé un exercice pour faire face à une marée noire, et voilà que nous y sommes confrontés. Et encore, Herzliya est relativement épargnée. Ce sont les plages de galets qui souffrent le plus. Le goudron colle aux rochers et c’est vraiment difficile à nettoyer. » 

Presque la moitié du littoral israélien est souillé par cette pollution. La baignade est formellement interdite jusqu’à nouvel ordre. 

À lire aussi : Les plages d'Israël touchées par une marée noire aux dommages irréversibles

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail