Israël: une loi controversée permet aux autorités de connaître les noms des personnes non vaccinées

Une Israélienne montre son «passeport vert», un laissez-passer pour les personnes vaccinées contre le Covid, pour accéder à un spectacle au parc Yarkon, à Tel Aviv, 24 février 2021.
Une Israélienne montre son «passeport vert», un laissez-passer pour les personnes vaccinées contre le Covid, pour accéder à un spectacle au parc Yarkon, à Tel Aviv, 24 février 2021. REUTERS - AMIR COHEN

Israël adopte une loi controversée. Elle permet aux autorités de connaître le nom des personnes non vaccinées contre le Covid-19. Cette législation soulève beaucoup d’inquiétude quant au respect de la vie privée de ceux qui refusent la vaccination. En signe de protestation, plusieurs dizaines de personnes ont manifesté à Tel Aviv pour dénoncer une violation des « libertés individuelles ».   

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem,  Sami Boukhelifa

Pour ses défenseurs, cette loi est primordiale. Elle permet au ministère de la Santé le transfert des données des personnes non vaccinées aux municipalités : leur nom, leur numéro de téléphone et leur adresse, notamment.  

Celles-ci mèneront une enquête de proximité. Dans leur circonscription les agents de la mairie pourront contacter directement les personnes non vaccinées. Objectif : comprendre ce refus et essayer de convaincre les réfractaires.

À lire aussi : Covid-19: en Israël, des résultats encourageants deux mois après le début de la vaccination

Pour ses détracteurs, cette loi est liberticide, elle constitue « une atteinte à la vie privée ». Selon eux, même si les autorités ne rendent pas obligatoire la vaccination contre le Covid-19, elles trouvent des moyens détournés pour y parvenir. 

Cette loi a fini de crisper une partie de la population israélienne. Beaucoup de voix s’étaient déjà élevées cette semaine contre la mise en place du « passeport vert ». Ce document permet aux Israéliens vaccinés ou guéris du Covid-19 d’accéder entre autres aux salles de sport et aux musées. Mais il est jugé discriminant, tout comme cette nouvelle loi. 

► À lire aussi : Covid-19: Israël fait entrer en vigueur un passeport vaccinal

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail