Des milliers de Libanais se rassemblent en soutien au patriarche maronite

Le patriarche Béchara Raï a appelé les Libanais «à ne pas se taire face aux armes illégales».
Le patriarche Béchara Raï a appelé les Libanais «à ne pas se taire face aux armes illégales». AP - Bilal Hussein

Des milliers de Libanais se sont rassemblés ce samedi 27 février pour apporter leur soutien au patriarche Béchara Raï, qui réclame que la crise libanaise soit réglée dans le cadre d’une conférence internationale parrainée par les Nations unies. Une initiative fermement critiquée par le Hezbollah chiite.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Malgré le couvre-feu imposé pour lutter contre la propagation du coronavirus, ils étaient des milliers ce samedi dans la cour du patriarcat maronite, au nord de Beyrouth. 

S’adressant à la foule, le patriarche Béchara Raï n’a pas mâché ses mots. Il a réitéré son appel à la tenue d’une conférence internationale dans le but de soutenir l’armée libanaise. Celle-ci doit être, selon lui, la seule force chargée de défendre le Liban. C’est à l’armée de détenir la décision de la paix ou de la guerre, a-t-il ajouté, avant d’appeler les Libanais à « ne pas se taire face aux armes illégales ».

Sans le citer nommément, le chef de l’Église maronite faisait allusion au Hezbollah, seul parti libanais à posséder encore une puissante branche militaire pour lutter contre Israël.

Devant une foule scandant des slogans hostiles au parti chiite, le patriarche maronite a une nouvelle fois plaidé pour la neutralité de l’État libanais vis-à-vis des conflits régionaux. Un concept qui devra être introduit dans la Constitution du pays grâce à la conférence internationale qu’il appelle de ses vœux.

L’initiative du patriarche ne fait pas l’unanimité parmi les Libanais. Le parti du président Michel Aoun, qui dispose du plus grand bloc chrétien au Parlement s’y oppose, privilégiant le dialogue interne. Le Hezbollah la rejette sans appel, l’assimilant à « une atteinte à la souveraineté », voire à une « occupation ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail