Nucléaire iranien: les Européens renoncent à leur résolution à l'AIEA, Téhéran satisfait

Les Européens ont décidé de renoncer à leur résolution contre l'Iran à l'AIEA, un geste salué jeudi par le porte-parole de la diplomatie iranienne.
Les Européens ont décidé de renoncer à leur résolution contre l'Iran à l'AIEA, un geste salué jeudi par le porte-parole de la diplomatie iranienne. AP

Les trois pays européens – la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni – ont renoncé à présenter une résolution au Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), une décision accueillie avec satisfaction par Téhéran.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

« Cette évolution permet de garder ouverte la voie de la diplomatie et prépare le terrain pour que les différents pays signataires de l'accord nucléaire mettent en œuvre leurs engagements », a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne.

Ces derniers jours, l'Iran avait clairement mis en garde les pays européens et les États-Unis contre l'adoption et même la présentation d'une résolution pour condamner l'Iran par le Conseil des gouverneurs de l'agence onusienne. Visiblement, ces mises et garde mais aussi les efforts diplomatiques ont porté leur fruit.

L'Iran a décidé il y a peu de limiter sa coopération avec l'AIEA mais dans le même temps, il a conclu un accord intérimaire avec le chef de l'agence Rafael Grossi qui était venu à Téhéran.

Le président Rohani a répété aujourd'hui que son pays refusait de négocier de nouveau l'accord nucléaire de 2015 comme le réclament les États-Unis. Washington demande à Téhéran de respecter ses engagements nucléaires avant de lever les sanctions imposées depuis 2018 par l'ancien président Donald Trump. Mais Téhéran veut d'abord une levée de ces mêmes sanctions.

Visiblement, les consultations diplomatiques se sont multipliées ces derniers jours afin de permettre de trouver une solution médiane pour satisfaire les deux parties et permettre de donner un nouveau souffle à l'accord nucléaire de 2015.

À lire aussi : Nucléaire iranien: Téhéran juge le moment pas «approprié» pour une réunion

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail