Iran: l'Irano-britannique Nazanin Zagheri-Ratcliffe est libre

Nazanine Zagheri-Ratcliffe a été arrêtée à l'aéroport de Téhéran en avril 2016.
Nazanine Zagheri-Ratcliffe a été arrêtée à l'aéroport de Téhéran en avril 2016. Free Nazanin campaign/AFP/File

L'Irano-britannique Nazanin Zagheri-Ratcliffe est désormais libre, a annoncé son avocat. Elle a purgé cinq ans de prison pour action contre la sécurité nationale.

Publicité

Depuis un an, l'Irano-britannique était en résidence surveillée chez ses parents. Elle portait un bracelet électronique qui limitait ses déplacements à moins de 300 mètres du domicile familial, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi. Selon son avocat, son bracelet a été enlevé ce dimanche matin, puisqu'elle a fini sa peine de cinq ans de prison.

Mais elle doit comparaître devant un nouveau tribunal dimanche prochain pour propagande contre le pouvoir. Toutefois, son avocat n'a pas précisé si elle était interdite de quitter le territoire iranien ou pas. Elle a été condamnée à cinq ans de prison pour avoir comploté afin de renverser le gouvernement iranien.

Arrêtée avec sa fille

Elle avait été arrêtée à l'aéroport de Téhéran en 2016, en même temps que sa fille.Cette affaire se déroule alors qu'une bataille juridique se déroule entre Londres et Téhéran, qui réclame aux autorités britanniques une somme de 550 millions de dollars versée il y a plus de 40 ans par l'ancien régime impérial à la Grande-Bretagne pour l'achat d'armes.

Plusieurs étrangers et de bi-nationaux, notamment un Français de 35 ans et la Franco-iranienne Fariba Adelkhah, ainsi que des Irano-américains sont détenus dans les prisons iraniennes. D'autres, notamment le chercheur français Roland Marchal, ont été libérés lors d'échanges de prisonniers.

De son côté, le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab s'est  « félicité » dans un tweet du retrait du bracelet électronique de Nazanin Zagheri-Ratcliffe, ajoutant cependant que « le traitement que l'Iran continue de lui infliger est intolérable ». Nazanin Zaghari-Ratcliffe « doit être autorisée à retourner au Royaume-Uni dès que possible pour retrouver sa famille », a-t-il martelé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail