Qatar: entrée en vigueur du salaire minimum

Des travailleurs dans une rue de Doha, capitale du Qatar, le 17 mars 2020.
Des travailleurs dans une rue de Doha, capitale du Qatar, le 17 mars 2020. AFP - KARIM JAAFAR

Dans le Golfe, le Qatar est devenu ce samedi 20 mars le premier pays de la région à introduire un salaire minimum non discriminatoire. Au total, plus de 400 000 travailleurs – soit 20% des employés du secteur privé - en bénéficieront directement, a affirmé l’Organisation internationale du travail. Mais pour l'ONG Migrant Rights, ce nouveau salaire minimum ne reflète pas le coût élevé de la vie dans le richissime émirat.

Publicité

Avec notre correspondant régional, Nicolas Keraudren

C'est un petit pas en avant. 

Avec l'entrée en vigueur du salaire minimum non discriminatoire au Qatar, tous les salariés - sans distinction de nationalité ni d’emploi - devront être payés au moins 230 euros pour un mois de travail, soit environ un euro de l'heure. Cette mesure vise à « stimuler les investissements (…) et à favoriser la croissance économique », explique le ministère qatarien du Travail. 

Elle permet aussi de répondre à la pression des organisations internationales. Car depuis qu'il a été sélectionné pour accueillir la Coupe du monde de football en 2022, le petit émirat gazier s’est lancé dans une vaste réforme de son droit du travail. L’été dernier, les autorités avaient par exemple annoncé le démantèlement du système controversé de la kafala

Mais selon certaines ONG, ces mesures sont encore insuffisantes. Le quotidien britannique, The Guardian, avait par ailleurs révélé que plus de 6 500 travailleurs migrants seraient décédés depuis 2010. Notamment sur les chantiers du Mondial de football. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail