Le Premier ministre libyen Dbeibah se rend en Turquie avec une imposante délégation

Le Premier ministre libyen Abdel Hamid Dbeibah, lors d'un discours pour le lancement de la campagne nationale de vaccination contre le coronavirus, le 10 avril 2021 à Tripoli.
Le Premier ministre libyen Abdel Hamid Dbeibah, lors d'un discours pour le lancement de la campagne nationale de vaccination contre le coronavirus, le 10 avril 2021 à Tripoli. © Mahmud Turkia, AFP

Une importante délégation libyenne conduite par le Premier ministre Abdel Hamid Dbeibah arrive, lundi 12 avril, en Turquie, un pays qui a joué un rôle clé dans le conflit en Libye. Pendant cette visite de deux jours, la délégation sera reçue par le président Recep Tayyip Erdogan à Ankara, qui y voit l’occasion d’afficher son soutien et de renforcer sa coopération avec le gouvernement libyen.

Publicité

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Au moins 19 ministres et vice-Premier ministres, le chef d’état-major et d’autres officiels : Abdel Hamid Dbeibah arrive à Ankara accompagné d’une imposante délégation, signe de l’importance accordée à cette visite.

Première rencontre

Depuis son entrée en fonction le mois dernier, c’est la première fois que le chef du gouvernement intérimaire libyen rencontre le président turc Recep Tayyip Erdogan. Les deux hommes coprésideront la première réunion du Conseil de coopération stratégique de haut niveau Turquie-Libye.

Il y sera beaucoup question de coopération économique, dans les domaines de l’énergie, de la santé, mais aussi de la reconstruction de la Libye. La Turquie veut jouer un rôle de premier plan, et compte notamment raviver les contrats signés avant la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Coopération militaire et stratégique

Les échanges porteront aussi sur la coopération militaire et stratégique. La Turquie a été le principal soutien du Gouvernement d'union nationale (GNA, de l’ancien Premier ministre Fayez al-Sarraj) à Tripoli, dans sa lutte contre le maréchal Khalifa Haftar. Cela lui avait permis d’obtenir un accord de délimitation maritime très favorable. La préservation de cet accord est une priorité d’Ankara, qui l’utilise dans son bras de fer avec la Grèce et Chypre en Méditerranée orientale.

 À lire aussi : Libye: quelles perspectives pour Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est du pays?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail