Irak: nouvelle attaque au «drone piégé» contre des soldats américains

Soldats américains à Kirkouk, dans le nord de l'Irak, le 29 mars 2020 (image d'illustration).
Soldats américains à Kirkouk, dans le nord de l'Irak, le 29 mars 2020 (image d'illustration). AHMAD AL-RUBAYE / AFP

En Irak, un « drone piégé » s'est écrasé sur une base militaire irakienne abritant des soldats américains. Les troupes étrangères sont régulièrement visées par des tirs de roquettes, que les États-Unis attribuent aux milices pro-Iran, mais ce mode opératoire est, lui, bien plus rare.

Publicité

Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann

L'attaque s'est déroulée en pleine nuit, à 2h20 heure locale, sur la base aérienne de Ain al-Asad, à l'ouest de Bagdad. Pas de blessés, mais un hangar endommagé, a déclaré le porte-parole de la coalition internationale, dont les forces sont hébergées sur place.

Ce genre d'attaques inquiètent, car si les tirs de roquettes sont fréquents en Irak, ce nouveau mode opératoire par drone l'est moins. Il n'a été observé qu'une fois dans le passé, à la mi-avril. Un drone chargé d'explosifs avait alors ciblé l'aéroport international d'Erbil, où les forces américaines sont également basées. Washington accuse les milices pro-Iran d'être derrière ces attaques qui n'ont pas été revendiquées. 

Cette semaine en Irak, trois tirs de roquettes ont pris pour cible des intérêts américains, dont cette base militaire visée ce samedi. Ces opérations s'étaient un temps calmées, mais ont progressivement repris depuis que Joe Biden est arrivé à la Maison Blanche. Les groupes armés proches de Téhéran réclament le départ des 2 500 soldats américains basés en Irak, en particulier depuis l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani.  

► À lire aussi : L'Iran en embuscade de la politique de Joe Biden au Moyen-Orient

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail