Reportage

Covid-19: la Turquie confine sa population mais pas les touristes

Une touriste ukrainienne pose pour une photo près de la mosquée Sainte-Sophie à Sultanahmet à Istanbul le 9 mai 2021.
Une touriste ukrainienne pose pour une photo près de la mosquée Sainte-Sophie à Sultanahmet à Istanbul le 9 mai 2021. AFP - BULENT KILIC

Depuis le 30 avril, les autorités turques imposent à la population un confinement total. Ces mesures en revanche ne concernent pas les touristes, car la Turquie a maintenu ses frontières ouvertes dans l’espoir de sauver la saison touristique. À Istanbul, les visiteurs venus de l’étranger ont donc la ville pour eux tout seuls.

Publicité

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Sur la place de Sultanahmet, entre la Mosquée bleue et la désormais mosquée Sainte-Sophie, peu de bruits se font entendre. Pas beaucoup de mots turcs, non plus. Les promeneurs sont tous des touristes. Les locaux, eux, sont confinés chez eux jusqu’au 17 mai. Une mesure inédite qui vise à endiguer la propagation de l'épidémie de Covid-19, après une explosion du nombre de cas quotidiens.

Seuls les touristes ont le droit de circuler. « À l’aéroport, c’était comme dans un film d’angoisse. Notre guide nous a dit : "Ne vous inquiétez pas, les touristes sont libres de se promener. Gardez votre passeport sur vous et vous n’aurez aucun problème" », explique Javier, qui a atterri ce matin en provenance de Mexico, dans un aéroport d’Istanbul presque vide.

« Est-ce que les affaires marchent ? Pas du tout »

Asil est ouzbek, mais il vit et travaille à Paris. À Istanbul, il fait d’une pierre deux coups : des implants capillaires et un peu de tourisme. « C’est un très bon moment pour être touriste et visiter tous ces monuments, se réjouit-il. S’il y avait plus de monde, ce serait un peu dangereux à cause du Covid-19. Malheureusement, tout n’est pas ouvert. »

En autorisant les visiteurs étrangers à circuler, les autorités espèrent ainsi sauver la saison touristique et faire repartir l’économie. Erkan Fidan, un marchand de bijoux fantaisies autorisé à rester ouvert dans ce quartier touristique, est partagé : « Est-ce que les affaires marchent ? Pas du tout. Mais je n'en espérais pas tant non plus en ce moment. Le pays est confiné pour 17 jours, il y a plein d’interdits mais il y a quand même des touristes qui viennent ! Ça donne un peu d’espoir pour l’avenir. »

Ceux qu’Erkan et ses collègues attendent avec impatience, ce sont les Russes et les Européens. En tout cas, la saison 2021 est encore loin d’être sauvée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail