Entretien

«La reconstruction de Gaza va prendre du temps»

De nombreuses habitations ont été détruites lors des combats à Gaza entre le Hamas et Israël.
De nombreuses habitations ont été détruites lors des combats à Gaza entre le Hamas et Israël. © John Minchillo/AP

Une semaine après l'accord de cessez-le-feu entre le Hamas et Israël, l'ONU a lancé jeudi un appel international pour réunir 95 millions de dollars d'aide aux Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie. Entretien avec Lynn Hastings, la coordinatrice humanitaire de l’ONU pour les territoires palestiniens occupés.

Publicité

De notre envoyé spécial à Jérusalem,

Après 11 jours de guerre qui ont fait 254 morts dans la bande de Gaza et 12 en Israël, un accord de cessez-le-feu a été trouvé jeudi 20 mai entre l'État hébreu et le mouvement palestinien du Hamas. Une semaine plus tard, un calme précaire règne. Les Nations unies viennent de lancer un appel d’urgence pour lever 95 millions de dollars pour venir en aide aux Palestiniens affectés par cette récente escalade. Lynn Hastings, la coordinatrice humanitaire de l’ONU pour les territoires palestiniens occupés, revient sur cet appel.

RFI : À quoi cette somme va servir exactement ?

Lynn Hastings : Il y a de très nombreux besoins en ce moment. Cela va de la santé, l’accès à l’eau et l’hygiène, la sécurité alimentaire, à la mise à l’abri des personnes qui ont perdu leur maison. Il y a environ 800 000 personnes qui actuellement n’ont pas accès à l’eau courante. Donc ils cherchent d’autres sources d’approvisionnement : ce type d’infrastructures doit être réparé immédiatement.

Comme je l’ai dit, les maisons doivent être reconstruites immédiatement. Certaines personnes n’ont pas accès à la nourriture donc nous leur fournirons une aide financière. Tout ce genre de choses. Et évidemment, en période de pandémie, nous essayerons aussi de faire entrer plus de fournitures sanitaires et médicales. Cet argent doit permettre de sauver des vies. C’est pour répondre aux besoins les plus essentiels.

► À lire aussi : Reportage - Gaza: l'UNRWA dresse un bilan provisoire des dégâts causés par les bombardements israéliens

Il ne s’agit pas de reconstruire un centre commercial, mais de donner aux gens l’accès aux services les plus essentiels : de l’eau propre, un suivi médical et leur permettre de reconstruire leurs maisons. C’est véritablement pour les aider à se remettre sur pied de sorte qu'ils puissent reprendre en main leur avenir.

L’appel concerne l’ensemble des Palestiniens affectés par les violences, la guerre de ces dernières semaines. Mais on parle plus spécifiquement de la bande de Gaza ?

Gaza sera au cœur de notre action, mais il y a des projets dans l’appel pour des personnes qui ont pu être blessées ou qui ont pu perdre leurs moyens de subsistance avec ce qui s’est passé là-bas durant les dernières semaines. Il s’agit de personnes peut-être blessées ou dans l’incapacité de travailler maintenant et qui ont besoin d’aide, qu’il s’agisse simplement d’argent liquide ou d’une aide médicale. Ce genre de choses.

► À lire aussi : Gaza: après les bombardements, les familles dans les écoles de l'agence de l'ONU pour les réfugiés

Depuis une semaine, depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, plusieurs pays ont déjà annoncé qu’ils participeront financièrement à la reconstruction de Gaza. Toutes ces sommes rentrent-elles aussi dans l’appel de fonds que vous avez lancé ?

Oui, nous saluons toutes ces annonces, car la reconstruction de Gaza va prendre du temps. Nous attendons toujours des informations sur la destination de ces sommes. Nous nous attendons à ce qu’une grande partie de ces sommes passent par les agences de l’ONU. Mais une partie sera aussi consacrée à la reconstruction à long terme. Et ce dont nous recherchons maintenant est un soutien immédiat pour ces activités immédiates de survie qui sont incluses dans cet appel.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, est venu à Jérusalem et Ramallah cette semaine. Il a insisté sur le rôle des Nations unies dans la reconstruction de la bande de Gaza. C’est pour lui le moyen d’éviter que les efforts de reconstruction puissent bénéficier au Hamas. Comment vous vous voyez le rôle des Nations unies dans cette reconstruction à venir ?

Les Nations unies et leurs partenaires ont malheureusement eu à faire cela depuis un moment à Gaza. Donc les agences des Nations unies ont créé des mécanismes pour s’assurer que l’aide ne soit pas détournée et nous les maintiendrons en vigueur. Nous rendons des comptes, nous faisons les vérifications nécessaires, nous avons des mécanismes de contrôle qui assurent que l’aide n’est pas détournée. Il n’y a pas qu’ici que nous faisons cela, ailleurs aussi dans le monde, au Yémen, en Syrie, là où ces défis existent.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail