L'Égypte au cœur des tractations pour une trêve durable entre Israël et le Hamas

Le ministre des Affaires étrangères égyptien Sameh Shoukry (3e a gauche) et le ministre des Affaires étrangères israéliens Gabi Ashkenazi (2e a droite) se sont rencontrés au Caire concernant le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, ce dimanche 30 mai 2021.
Le ministre des Affaires étrangères égyptien Sameh Shoukry (3e a gauche) et le ministre des Affaires étrangères israéliens Gabi Ashkenazi (2e a droite) se sont rencontrés au Caire concernant le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, ce dimanche 30 mai 2021. © Nariman El-Mofty/AP

Le chef de la diplomatie israélienne était en visite au Caire. Dans le même temps, une délégation égyptienne a rencontrés le Premier ministre israélien à Jérusalem, et le président de l’Autorité palestinienne à Ramallah. Les tractations s’intensifient pour éviter une nouvelle flambée de violence après la nouvelle guerre dévastatrice entre Israël et le Hamas. 

Publicité

L’Egypte a entamé une intense activité visant à réaliser une trêve durable entre Palestiniens et Israéliens. Pendant que le ministre des Affaires étrangères recevait son homologue israélien, le chef des services de renseignements rencontrait le Premier ministre et le ministre de la défense israéliens ainsi que le chef de l’autorité palestinienne. Une visite est aussi prévue à Gaza pour rencontrer le Hamas.

La consolidation du cessez-le-feu, instauré le 21 mai, était au centre des préoccupations ce dimanche 31 mai. Abbas Kamel, le chef du renseignement égyptien, a d’abord rencontré Benyamin Netanyahu. Avec le Premier ministre israélien, ils ont évoqués la question des otages israéliens détenus à Gaza, nous rapporte notre correspondante à Ramallah, Alice Froussard. C'est la principale demande de l’État hébreu dans toute négociation future avec le Hamas.

Ils ont ensuite parlé « des moyens d’empêcher » le Hamas de se servir des fonds alloués à la population de Gaza pour la reconstruction de l’enclave côtière. Comme l’a évoqué Benyamin Netanyahu et le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, mercredi.

Vers une unité palestinienne pour plus de stabilité

Puis le chef des renseignements égyptien s’est rendu à Ramallah, reçu par Mahmoud Abbas à la Muqata, le palais présidentiel. Abbas Kamel a discuté d’apaisement global à Jérusalem, en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza. Tous les deux ont évoqués la reconstruction de Gaza, enclave côtière sous blocus israélien et égyptien, et parle de l’unité, celle des factions palestiniennes, Fatah et Hamas, comme horizon politique nécessaire pour une meilleure sécurité et stabilité dans la région.

Le chef du renseignement égyptien Abbas Kamel a rencontré à Ramallah, le président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, le 30 mai 2021.
Le chef du renseignement égyptien Abbas Kamel a rencontré à Ramallah, le président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, le 30 mai 2021. PPO/AFP

Plus tôt cette semaine, Yahya Sinwar, le chef du Hamas, avait rappelé que l’Égypte avait un rôle à jouer dans la consolidation du cessez-le-feu. Selon des sources égyptiennes, le chef du bureau politique du Hamas, Ismail Haniyeh, est lui, attendu en Égypte dans les prochains jours.

Mais ce dimanche, c'est le ministre israélien des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi qui s’est rendu au Caire à l’invitation de son homologue égyptien Sameh Choucri. C’est la première visite en Égypte d’un chef de la diplomatie israélienne depuis 13 ans.

Améliorer ses rapports avec l'Égypte

« L'accueil du chef de la diplomatie israélienne entre dans le cadre des efforts égyptiens pour construire sur la base du cessez-le-feu et raviver le processus de paix », s’est contenté d’indiquer le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères. Coté israélien, Gabi Ashkenazi a insisté sur les relations bilatérales, selon notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti. Il a indiqué avoir discuté du renforcement de la coopération économique avec « un important allié régional impliqué dans le maintien de la sécurité, de la stabilité et de la paix ».

Au sujet du Hamas, tout comme l'a évoqué Netanyahu avec la délégation égyptienne, il a estimé « nécessaire d’agir pour empêcher un renforcement des éléments extrémistes et d’assurer le retour des Israéliens détenus ou prisonniers du mouvement islamiste palestinien ».

Plan ambitieux

L’Egypte a conçu un plan ambitieux. D’abord obtenir d’Israël l’arrêt de toute provocation à l’égard des Palestiniens et procéder à un échange de prisonniers. Parallèlement il a été convenu de réunir au Caire les Frères ennemis du Fatah et du Hamas ainsi que les autres factions pour surmonter les divisions.

La réconciliation obtenue, on passera à la constitution d’un gouvernement d’union nationale pour contourner le véto israélien à une supervision du Hamas sur la reconstruction de Gaza. Garantie supplémentaire, Le Caire propose que les travaux de reconstruction soient réalisés par des entreprises de BTP égyptiennes. Une fois ce plan complexe mis en marche, l’Egypte espère, avec un soutien américain, remettre le processus de paix palestino-israélien sur les rails en vue de parvenir à une solution à deux Etats.

►À lire aussi : Entretien - «La reconstruction de Gaza va prendre du temps»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail