Le Français Benjamin Brière détenu en Iran va être jugé pour espionnage

Une photo de Benjamin Brière arrêté en mai 2020 et notamment accusé d'avoir pris des photos de zones militaires.
Une photo de Benjamin Brière arrêté en mai 2020 et notamment accusé d'avoir pris des photos de zones militaires. © AFP

Le Français, venu en touriste en Iran, sera jugé pour « espionnage » et « propagande » contre la République islamique, selon son avocat. Benjamin Brière est détenu depuis mai 2020.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran,Siavosh Ghazi

Le ressortissant français, détenu en Iran depuis un an, se trouve à la prison de Vakilabad, dans la ville sainte de Machhad, située dans le nord-est de l'Iran.

Benjamin Brière sera jugé pour « espionnage » et « propagande contre le régime » par le tribunal révolutionnaire du pays, a annoncé son avocat dimanche 30 mai. Aucune précision n'a été donnée sur la date du procès et les accusations retenues. Mais selon les médias iraniens, on lui reproche notamment d'avoir pris des photos et des vidéos de zones militaires.

Il voyageait en Iran à bord de son camping-car. Il a été arrêté non loin de Machhad. Le long de la route entre Téhéran et cette ville, il y a plusieurs bases militaires importantes, notamment des sites de missiles balistiques.

On reproche également au trentenaire d'avoir mis en cause le port obligatoire du voile islamique dans ses posts sur les réseaux sociaux.

Monnaie d'échange

Ce procès intervient alors que l'Iran détient la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, condamnée à cinq ans de prison pour action contre la sécurité nationale et propagande contre le régime.

Au cours des dernières années, l’Iran a procédé à plusieurs échanges de prisonniers étrangers ou de binationaux avec des ressortissants iraniens détenus en France, en Australie ou encore aux États-Unis.

Or, début mai, un diplomate iranien, Assadollah Assadi, a été condamné en Belgique à 20 ans de prison dans le cadre d'une enquête sur un projet d'attentat près de Paris visant des opposants iraniens.

Nous espérons de tout coeur que cette situation puisse se débloquer...

Richard Banegas, professeur à Sciences Po, membre du comité de soutien à Fariba Adelkhah, franco-iranienne également détenue en Iran

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail