Reportage

À Jérusalem, une Gay Pride sous le signe du changement politique

La Gay Pride de Jérusalem, le 3 juin 2021.
La Gay Pride de Jérusalem, le 3 juin 2021. REUTERS - AMMAR AWAD

La onzième Gay Pride de Jérusalem s'est déroulée ce jeudi  après-midi sans incident. En 2015, l'adolescente Shira Banki avait été assassinée lors du défilé par un extrémiste juif qui avait poignardé six personnes avant d'être désarmé et arrêté. L’année dernière, le défilé n'avait pas eu lieu en raison de la pandémie. Et c'est sous le signe du changement politique que l'événement s'est déroulé.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

L’homophobie commence dans les corridors du gouvernement, scandent les participants à la Gay Pride de Jérusalem, un événement sous haute surveillance policière qui coïncide cette année avec la mise sur pied de la nouvelle coalition. Pour Halel, c’est un pas dans la bonne direction : « Je peux dire que je suis très émue et heureuse. Et j’espère que l’on va voir des changements dans des tas de domaines qui n’ont pas bougé depuis longtemps. »

Dans le collimateur des LGBT, le parti islamique Ra’am en raison de ses positions contre les homosexuels. « Il y a des éléments homophobes, mais il y a surtout une volonté de renouveau, dit Yuval, un militant de la communauté gay. Je pense qu’après 20 ans de régime corrompu tout changement ne peut être que bon ! » Optimisme également de Guy pour qui, « doucement, doucement on avance en direction de la lumière… »

Cette année encore une contre-manifestation de suprémacistes juifs a eu lieu à proximité du défilé, mais sans faire d’incidents.

► À lire aussi : Israël: une coalition hétéroclite pour pousser Netanyahu vers la sortie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail