Reportage

Un député israélien d’extrême droite met le feu aux poudres à Jérusalem

Le député juif ultranationaliste Itamar Ben Gvir le 10 juin 2021 près de la porte de Damas à Jérusalem.
Le député juif ultranationaliste Itamar Ben Gvir le 10 juin 2021 près de la porte de Damas à Jérusalem. REUTERS - AMMAR AWAD

La situation est toujours très instable au Proche-Orient. Après les affrontements entre Israël et le Hamas le mois dernier, le cessez-le-feu reste fragile. Et pourtant, certains continuent d’attiser les tensions. Cette semaine, la police israélienne a interdit un défilé de juifs d’extrême droite qui souhaitaient parader dans les quartiers arabes de Jérusalem-Est. Alors l’un de leurs députés, fort de son immunité parlementaire, est allé provoquer les Palestiniens à l’entrée de la vieille ville de Jérusalem. 

Publicité

Avec notre envoyé spécial permanent à Jérusalem, Sami Boukhelifa

Sous les huées des Palestiniens, le député juif ultranationaliste Itamar Ben Gvir, sous bonne escorte, brandit un drapeau israélien. Mais la police lui interdit l’entrée porte de Damas, secteur arabe de la vieille ville de Jérusalem. Peu importe, le parlementaire est venu dérouler son argumentaire devant la presse : « C'est notre capitale. Si aux États-Unis on interdisait de marcher à Washington avec un drapeau américain, quelqu'un serait prêt à accepter ça ? Pourquoi ? Parce que ça en énerverait certains ? Il faut arrêter ceux qui s’énervent, et nous permettre de marcher dans Jérusalem avec un drapeau. »

Échanges d’invectives entre l’élu et certains Palestiniens, ils vivent cette démonstration de force comme une véritable provocation. 

« Ce type, c’est le larbin de Netanyahu, dit Majdi, habitant du quartier. Il l’a envoyé ici pour embraser la situation. Netanyahu doit quitter le pouvoir, donc il applique la politique de la terre brûlée. Il vient ici, avec son drapeau, pour nous provoquer. Mais qu’il le veuille ou non, Jérusalem-Est est arabe, et elle le restera. Que lui et ses semblables repartent dans leurs pays d’origine. Nous sommes les enfants de ce pays, c’est le nôtre. Point ! » 

En réponse, des jeunes du quartier ont brandi le drapeau palestinien. Ils ont rapidement été réprimés par la police israélienne. Il y a eu plus d’une dizaine d’arrestations. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail