Présidentielle en Iran: les candidats proches des modérés à la recherche de soutiens

Abdolnasser Hemmati, lors du dernier débat télévisé à téhéran, le 18 juin 2021.
Abdolnasser Hemmati, lors du dernier débat télévisé à téhéran, le 18 juin 2021. AP - Morteza Fakhri Nezhad

À trois jours de la présidentielle, la coalition des partis réformateurs et modérés a refusé de soutenir Abdolnasser Hemmati ou Mohsen Mehralizadeh, les deux candidats proches de leur camp approuvé par le Conseil des gardiens de la Constitution qui font face à cinq candidats conservateurs.

Publicité

De notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Ces derniers jours, les appels se sont multipliés pour que la coalition des partis réformateurs et modérés apporte son soutien à Abdolnasser Hemmati, ancien président de la Banque centrale, qui s'est montré très combatif lors des débats télévisés.

Mehdi Karoubi, l'un des principaux chefs du mouvement vert de 2009, en résidence surveillée depuis, a lancé un appel à la coalition des partis modérés pour qu'elle soutienne Abdolnasser Hemmati. D'autres personnalités du camp réformateur ont également lancé de tels appels.

Un électorat déçu

Il y a huit ans, le soutien de l'ancien président modéré Akbar Hashemi Rafsandjani et de l'ex-président réformateur Mohammad Khatami avait permis à l'actuel président Hassan Rohani de l'emporter face aux conservateurs.

Mais cette fois-ci, l'électorat modéré est déçu par le bilan économique du président Rohani.

Avec une forte abstention, le conservateur Ebrahim Raissi, qui dirige actuellement le pouvoir judiciaire, a de fortes chances de l'emporter avec 60% des suffrages. Mais tout peut encore changer si l'électorat modéré se mobilise.

Infographie de France 24: Présidentielle en Iran: qui sont les sept candidats ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail