Canal de Suez: le procès de l'Ever Given reprend, le sort du navire toujours en suspens

Le procès du Ever Given, le porte-conteneurs géant qui avait bloqué le Canal de Suez pour une semaine en mars reprend ce dimanche à Ismaïlia. Le tribunal économique doit statuer sur la saisie conservatoire du navire jusqu’à paiement des 550 millions de dollars de dommages et intérêts réclamés par l’Autorité du canal de Suez.
Le procès du Ever Given, le porte-conteneurs géant qui avait bloqué le Canal de Suez pour une semaine en mars reprend ce dimanche à Ismaïlia. Le tribunal économique doit statuer sur la saisie conservatoire du navire jusqu’à paiement des 550 millions de dollars de dommages et intérêts réclamés par l’Autorité du canal de Suez. - Satellite image ©2021 Maxar Technologies/AFP

Le procès de l'Ever Given, le porte-conteneurs géant qui avait bloqué le canal de Suez durant une semaine en mars, reprend ce dimanche 20 juin à Ismaïlia. Le tribunal économique doit statuer sur la saisie conservatoire du navire jusqu’au paiement des 550 millions de dollars de dommages et intérêts réclamés par l’Autorité du canal de Suez. En attendant, l'Ever Given est toujours à l’ancre avec sa cargaison et son équipage dans le Grand Lac Amer sur le canal.

Publicité

L’autorité du canal et la société japonaise Shoei Kisen, propriétaire de l'Ever Given, avaient demandé en mai le report du procès pour tenter de parvenir à un accord à l’amiable. Après avoir réclamé 950 millions de dollars, l’Autorité du canal est finalement descendue à 550 millions dollars en dommages et intérêts pour le manque à gagner, le coût du renflouement et l’atteinte à la réputation de la voie d’eau internationale. Cela reste trop pour les Japonais qui avaient proposé 150 millions de dollars et seraient récemment montés à deux cents.

L’Autorité du canal accuse le capitaine de l'Ever Given d’erreur de pilotage. Pour corriger son cap, il aurait forcé la vitesse et donné une série de coups de barre désordonnés. Les Japonais se défaussent sur le pilote que l’Autorité du canal de Suez fait monter sur chaque navire traversant la voie d’eau.

Que décidera le tribunal ?

Soit un nouveau report pour chercher encore un accord à l’amiable, soit la confirmation de la saisie conservatoire de l'Ever Given. Mais selon certaines sources, une solution intérimaire est envisageable : les propriétaires du porte-conteneurs payent immédiatement 200 millions de dollars et le l'Ever Given est autorisé à lever l’ancre. Le reste des dommages serait versé plus tard selon des modalités à fixer.

La saisie du navire cause du tort à son propriétaire, mais aussi à l’image commerciale du canal de Suez. Des armateurs pourraient préférer le détour par le Cap plutôt que de risquer le sort de l'Ever Given.

Dans cette affaire, une partie oubliée a été oubliée : les commanditaires de la cargaison à bord du porte-conteneurs. Soit 18 000 conteneurs évalués à plus d’un milliard de dollars au total.

Rien que le fabricant de meubles Ikea et celui d’ordinateurs Lenovo en ont pour 780 millions de dollars de marchandise. Mais pour de plus petites compagnies, l’arrêt de l'Ever Given est dramatique. C’est le cas d’un petit distributeur de cuisines de restaurants qui a raté la réouverture post-Covid-19. Il en va de même pour les denrées périssables. Les seuls qui s’en sortent sont des nains de jardins fabriqués en Asie et qui sauront patienter avant de rejoindre le doux gazon européen.

À écouter: Le canal de Suez toujours incontournable

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail