Israël: changement d'approche mais pas de politique sur le nucléaire iranien

Le Premier ministre israéelien Naftali Bennett, le 20 juin 2021 à Jérusalem.
Le Premier ministre israéelien Naftali Bennett, le 20 juin 2021 à Jérusalem. AP - Abir Sultan

Israël est toujours opposé à l’accord sur le nucléaire iranien, mais le nouveau gouvernement de l’État hébreu change d’approche. Le nouvel exécutif israélien semble davantage disposé au dialogue avec Washington, alors que l’administration de Joe Biden tente de réintégrer cet accord signé en 2015.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

Partisan de la manière forte contre l’Iran, l’ancien Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, désormais chef de l’opposition, accuse la nouvelle administration israélienne de mettre le pays « en danger ». Selon lui, ses remplaçants au pouvoir ne sont pas assez fermes face à la menace iranienne.

Car, contrairement à lui qui rejetait en bloc toute discussion sur le nucléaire iranien, la nouvelle équipe dirigeante de Naftali Bennett multiplie les approches et opte également pour la voie diplomatique. Israéliens et Américains intensifient le dialogue en ce moment au sujet de l’Iran, ennemi juré de l’État hébreu. Le chef de l’armée israélienne est actuellement aux États-Unis. Les présidents et les ministres des Affaires étrangères des deux pays doivent également s’entretenir ces jours-ci sur le dossier iranien.

► À lire aussi : Avec Biden, les États-Unis changent de ton au Proche-Orient

Mais en parallèle, les Israéliens ne renoncent pas à la manière forte. Ils poursuivent leurs tentatives de sabotage du programme nucléaire de la République islamique. Même si Israël ne commente pas ses attaques, la presse, ici, lui attribue l'offensive du mercredi 23 juin contre une installation nucléaire près de Téhéran.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail