Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid en visite aux Émirats, une première

Yaïr Lapid a pris les rênes par intérimaires de l'exécutif israélien.
Yaïr Lapid a pris les rênes par intérimaires de l'exécutif israélien. AP - DEBBIE HILL

L’ancien Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu en a rêvé, son successeur et opposant, le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid l’a fait. Architecte de l'actuelle gouvernement dont il doit prendre la tête ultérieurement, il devient ce mardi 29 juin le premier haut responsable israélien à effectuer une visite officielle aux Émirats arabes unis. Les deux pays ont normalisé leurs relations il y a près d’une année, en août 2020.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifah

Le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid est arrivé ce mardi pour une visite de deux jours à l’invitation de son homologue émirien, cheikh Abdallah ben Zayed Al-Nahyane.

« Fier de représenter l'État d'Israël pour la première visite officielle aux Emirats arabes unis. Merci pour l'accueil chaleureux », a tweeté en hébreu et en arabe Yaïr Lapid à son arrivée.

Le ministre n'a pourtant pas été accueilli sur le tarmac par un haut responsable et sa visite a été très peu couverte par les médias côté émirati, une discrétion qui tranche avec les grandes annonces et les slogans dithyrambiques durant les premiers mois de la normalisation entre les deux pays.

Yaïr Lapid a inauguré de l’ambassade d’Israël à Abu Dhabi. Un consulat à Dubaï sera ouvert.

Avant lui, à maintes reprises, l’ancien Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a tenté de décrocher son billet pour le Golfe, sans succès.

Ses plans ont d’abord été contrecarrés par le Covid-19, en fin d’année dernière. Mais par la suite, alors que l’État hébreu était engagé en pleine campagne électorale, ce sont les Émiriens qui n’ont pas souhaité le recevoir.

► À lire aussi : Aux Émirats, l'accord de normalisation avec Israël à l'épreuve du regain de violence

Objectif caché

Face à son insistance, Abu Dhabi a fait comprendre, de manière diplomatique, qu’elle refusait d’interférer dans les élections législatives israéliennes.

Car Benyamin Netanyahu avait un objectif caché. Il souhaitait à travers un déplacement aux Émirats cueillir les fruits de la normalisation en passant pour le « faiseur de paix », aux yeux des Israéliens, à la veille du vote.

Finalement, c’est son opposant Yaïr Lapid, arrivé il y a quelques jours à peine au pouvoir, qui décroche sa photo aux côtés des cheikhs du Golfe.

À lire également : Émirats arabes unis: quelle solidarité avec les Palestiniens?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail