Le nord du Liban ravagé par de grands feux de forêts

Les feux de forêts ravagent une partie du Liban, jeudi 29 juillet 2021. Ici la province d'Akkar.
Les feux de forêts ravagent une partie du Liban, jeudi 29 juillet 2021. Ici la province d'Akkar. © Hussein Malla/AP

Après une accalmie de quelques heures le feu a repris vendredi soir 30 juillet dans le nord du Liban, encore sous le choc des gigantesques incendies qui ont ravagé de vaste superficie, faisant un mort et des dizaines de blessés.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Les images sont fortes. À perte de vue, des collines boisées et des vergers ne sont plus que des cendres fumantes. Il s’agit sans doute des incendies les plus dévastateurs dans le nord du Liban, la région la plus verte du pays.

Les flammes se sont étendues jusqu’à la plaine orientale de la Bekaa et en Syrie même. La défense civile et des hélicoptères syriens sont intervenus pour contenir les feux.

Défaillance de l'État mise en lumière

Côté libanais, des centaines de pompiers et de volontaires, épaulés par quatre hélicoptères de l’armée, ont lutté contre ces incendies gigantesques, favorisé par des vents forts et un temps sec. Après 48 heures d’efforts, les foyers les plus importants ont été circonscrits dans le nord du pays. Mais les feux ont repris vendredi soir dans certaines régions.

Cette nouvelle catastrophe qui frappe le Liban met une fois de plus en évidence les carences d’un État défaillant. Les mécanismes d’alerte contre les incendies sont quasi inexistants et les moyens de lutte contre les feux insuffisants.

Le hashtag le « Liban brûle » a été partagé des milliers de fois par des internautes consternés de voir les plus régions les plus vertes du pays transformées en brasiers.

►À lire aussi : Un feu de forêt fait plusieurs morts dans le sud de la Turquie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail