En Irak, la justice expéditive règne dans les affaires terroristes

Une salle d'audience à la principale Cour d'appel de Bagdad, celle de Karkh, ici le 29 mai 2019, où de nombreux jihadistes, dont des Français, ont été jugés.
Une salle d'audience à la principale Cour d'appel de Bagdad, celle de Karkh, ici le 29 mai 2019, où de nombreux jihadistes, dont des Français, ont été jugés. © AFP - SABAH ARAR

Alors que le procès des attentats du 13 novembre 2015 s’ouvre mercredi 8 septembre à Paris, la question de la défense des supposés jihadistes se pose. En Irak, pays meurtri par des années de terrorisme, notamment par le groupe État islamique, les avocats refusent souvent de les défendre de peur d’attaques. Ceux commis d’office négligent le dossier, contribuant à une justice expéditive.

Publicité

Avec notre correspondante à Bagdad, Lucie Wassermann

Dans le bureau d'Alaa Shoon, les dossiers s'empilent par dizaines. Cet avocat Irakien est spécialisé dans les affaires terroristes, fréquentes dans le pays. Il défend des victimes, mais aussi parfois des jihadistes. Un travail qui peut s'avérer dangereux, dit-il :

Il y a déjà eu plusieurs avocats qui ont été attaqués parce qu'ils défendaient des djihadistes : des gens ont brûlé leur voiture, ont détruit leur bureau, ou leur ont même tiré dessus.

Beaucoup refusent alors de défendre ces jihadistes. Et les avocats commis d'office, eux, négligent souvent leur défense, pour des raisons financières. « Il va être payé 20 ou 30 dollars par la Cour pour faire ce travail. Donc évidemment, sa motivation ne sera pas la même, explique Alaa Shoon. Il ne va pas vraiment regarder les preuves, ni se plonger dans le dossier, ni même discuter avec les témoins. »

Résultat : la procédure ne prend que quelques mois et le travail d'enquête est souvent expéditif en Irak. Ce qui prive non seulement les accusés d'un droit à la défense, mais aussi les victimes de l'accès à la vérité et d'une justice équitable.

À écouter aussi : Podcasts Ondes de choc: Après l’attentat (4/6): «Des procès pour les victimes?»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI