Ce qui a changé, un an après les accords Israël-Bahreïn-Émirats arabes unis

Le ministre des Affaires étrangères israélien, Yair Lapid (à gauche), et son homologue des Émirats arabes unis, Abdallah ben Zayed Al Nahyane (à droite), le 29 juin 2021 à Abou Dhabi.
Le ministre des Affaires étrangères israélien, Yair Lapid (à gauche), et son homologue des Émirats arabes unis, Abdallah ben Zayed Al Nahyane (à droite), le 29 juin 2021 à Abou Dhabi. AP - Shlomi Amsalem

Le 15 septembre 2020, Israël normalisait ses relations avec deux pays arabes : les Émirats arabes unis et Bahreïn. Une année après cet événement qualifié d’historique, les relations entre Israël et ses nouveaux partenaires du Golfe semblent être à sens unique.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

Dans la foulée de cette normalisation, les entreprises israéliennes spécialisées en intelligence artificielle et dans les technologies financières ou médicales, notamment, partaient à la conquête des Émirats arabes unis. L’État hébreu, surnommé la « Nation Start-Up », partage avec le riche État du Golfe les mêmes ambitions dans ces domaines.

En un an, quelque 200 000 Israéliens ont visité les Émirats arabes unis, principalement Dubaï, le plus prisé des sept émirats. Cet été, Israéliens et Émiriens ont respectivement ouvert des ambassades à Abou Dhabi et Tel-Aviv. Le représentant de Bahreïn vient, quant à lui, tout juste de présenter ses lettres de créance au président israélien, mardi 14 septembre.

Mais si Israël a d’emblée montré son engouement pour le marché émirien, son partenaire du Golfe semble beaucoup plus frileux. Abou Dhabi a certes annoncé vouloir investir 10 milliards de dollars en Israël. Mais pour l’heure, rien n’a été concrétisé.

► À écouter aussi : De Dubaï à Bahreïn, la normalisation avec Israël vue du Golfe

Les États-Unis vont réunir Israël, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc, un an après la normalisation des relations

Antony Blinken, le chef de la diplomatie américaine, a annoncé mardi 14 septembre qu'il va réunir virtuellement ses homologues d'Israël, des Émirats arabes unis, de Bahreïn et du Maroc vendredi, pour marquer le premier anniversaire des accords de normalisation des relations entre l'État hébreu et ces pays arabes. Il veut, à cette occasion, « commémorer le premier anniversaire de la signature des accords d'Abraham et discuter des manières d'approfondir les relations et bâtir une région plus prospère ». Après les Émirats arabes unis et Bahreïn dans un premier temps, le Maroc et le Soudan avaient à leur tour normalisé leurs relations avec Israël.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail