Le procès des meurtriers de Nizar Banat s'est ouvert à Ramallah

Depuis la mort de Nizar Banat en juin 2021, des manifestations sont fréquemment organisées à Ramallah.
Depuis la mort de Nizar Banat en juin 2021, des manifestations sont fréquemment organisées à Ramallah. ABBAS MOMANI AFP/File

Trois mois après la mort de Nizar Banat, le procès de ses meurtriers présumés s’est ouvert ce lundi 27 septembre à Ramallah. Ce célèbre militant palestinien avait été battu à mort par des membres des forces de sécurité palestiniennes. Pour lui rendre hommage et soutenir son engagement, un petit rassemblement a eu lieu en face du tribunal militaire de Ramallah, où se déroule le procès. 

Publicité

De notre correspondant à Ramallah, Sami Boukhelifa

Dans le calme, des amis, des proches de Nizar Banat, brandissent des pancartes avec cette inscription : « un régime corrompu ne peut rendre justice ». Ghassan, le frère de Nizar Banat, refuse d’assister à l’audience : « Nous, membres de la famille Banat, ne voulons pas être réunis dans une même pièce avec les meurtriers de Nizar. De plus, ce procès est celui de petits soldats qu’on sacrifie. Ils servent de fusibles. Tant que le ministre de l’Intérieur et les hauts responsables palestiniens de la sécurité ne sont pas sur le banc des accusés, ce procès ne sera rien d’autre qu’une mascarade ». 

« Étape importante »

L’audience est expéditive. Mais Ghandi Rebaï, avocat de la partie civile, se dit satisfait : « Ce premier jour est une étape importante. Les faits de crime ont été établis. La victime, Nizar Banat, a été battue à coups de gourdin, alors qu’il était en train de dormir. À aucun moment, il n’a tenté de résister, il n’a même pas été informé des raisons de son arrestation. Ils ont refusé ensuite de l’emmener à l’hôpital, ce qui constitue un autre crime. Et donc la justice retient toutes ces circonstances aggravantes, et ça, c’est très important ». 

Les quatorze membres des forces de sécurité accusés du meurtre de Nizar Banat, ont tous plaidé « non coupable ». Ils risquent entre 7 ans de prison et la perpétuité.

« Justice pour Nizar »

Nizar Banat était connu pour ses positions très critiques à l’encontre des hauts responsables de l’Autorité palestinienne qu’il accusait de corruption. Depuis le mois de juin, des manifestations sont fréquemment organisées à Ramallah, ville où siège l'Autorité palestinienne, sous les cris de « Abbas dégage » et « justice pour Nizar ».

À lire aussi : Procès de l’affaire Nizar Banat en Cisjordanie: «Je n’attends rien de ce procès»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI