Qatar: première session inaugurale de la Choura, deux femmes seulement nommées

Le souverain du Qatar, l'émir Tamim ben Hamad al-Thani, devant le Conseil de la Choura à Doha, le 3 novembre 2020.
Le souverain du Qatar, l'émir Tamim ben Hamad al-Thani, devant le Conseil de la Choura à Doha, le 3 novembre 2020. VIA REUTERS - QATAR NEWS AGENCY

Pour la première fois de l’histoire du Qatar 30 des 45 membres de la Choura ont été élus, les 15 autres ont été désignés par l’émir. Mais aucune femme n’a été élue lors du scrutin du 2 octobre et deux seulement ont été désignées par le souverain.

Publicité

« J’étais tellement fier de voir que deux femmes se présentaient dans ma circonscription. » Youssef al-Khater affrontait des candidatures féminines dans son district, mais c’est lui qui a été élu à la Choura lors du scrutin début octobre. 

En tout, une trentaine de qatariennes étaient en lice mais aucune ne l’a emporté dans les urnes. « J’étais un peu déçu, avoue l'élu, mais c’est le résultat des élections, nous devons le respecter. Cela prendra du temps, mais nous verrons des femmes élues au Conseil de la Choura. »

► À lire aussi : Premières législatives au Qatar: aucune femme élue dans un scrutin très restreint

Moins de femmes que dans la précédente Choura

Deux femmes figurent parmi les 15 membres de l’Assemblée choisis et nommés par l’émir du Qatar. C'est moins que dans la précédente Choura - elles étaient alors quatre.

Hessa al-Jaber était l’une d’entre-elles. C’est aussi une ancienne ministre des Télécommunications. « Nous avons des femmes à la tête d’entreprises désormais, nous avons des femmes ministres, elles sont présentes dans tous les domaines, assure-t-elle. Est-ce qu’elles doivent progresser encore ? Absolument. Hommes ou femmes, nous devons toujours faire un peu mieux. »

Dans un rapport publié cette année, l’ONG Human Rights Watch (HRW) a critiqué le système de tutelle masculine qui maintient les femmes qatariennes sous l’autorité d’un mari ou d’un père.

L'Assemblée consultative du Qatar (ou Majlis al-Shura) qui sera inaugurée ce mardi 26 octobre 2021 pourra proposer des lois, approuver le budget ou révoquer des ministres. Mais l'émir conserve un droit de veto. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail