Raids israéliens à Gaza: le Qatar accepte de participer à la reconstruction

Une Palestinienne accroche des vêtements qu'elle a ramassés dans les décombres le 8 août 2022 devant sa maison, lourdement endommagée lors des frappes aériennes israéliennes la semaine dernière dans la ville de Gaza, quelques heures après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu entre Israël et des militants palestiniens.
Une Palestinienne accroche des vêtements qu'elle a ramassés dans les décombres le 8 août 2022 devant sa maison, lourdement endommagée lors des frappes aériennes israéliennes la semaine dernière dans la ville de Gaza, quelques heures après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu entre Israël et des militants palestiniens. AFP - MAHMUD HAMS

Une semaine après les raids de l'armée israélienne sur Gaza, l'enclave palestinienne est une nouvelle fois confrontée au défi de la reconstruction. Lors d'une conférence de presse, le vice-ministre du Logement et des Travaux publics à Gaza, Naji Sarhan, a déclaré que plus de 1 750 logements ont été détruits ou endommagés. Selon le Hamas, le Qatar a accepté de reconstruire ces habitations.

Publicité

Avec notre correspondant dans le Golfe, Nicolas Keraudren

Le Qatar devrait une fois de plus participer à l'effort de reconstruction de la bande de Gaza.

À lire aussi Avec la trêve, Gaza soigne ses enfants blessés par les bombardements

C'est en tout cas ce qu'a annoncé vendredi 12 août Ismaïl Haniyeh sans donner plus de détails. Le chef du bureau politique du Hamas a par ailleurs tenu à remercier l'émir du Qatar. Cette initiative, selon lui, « s'ajoutera au bilan honorable du Comité qatarien pour la reconstruction de Gaza ».

Le Qatar, proche de ce mouvement islamiste au pouvoir dans l’enclave palestinienne, est en effet l'un des principaux bailleurs de fonds sur ce territoire. En mai 2021, au terme des bombardements israéliens sur Gaza pendant une dizaine de jours, le petit émirat du Golfe avait déjà promis d'engager 500 millions de dollars.

Doha distribue également une aide financière pour notamment contribuer au fonctionnement de la seule centrale électrique de Gaza. Mais aussi pour payer les salaires des fonctionnaires et aider les familles dans le besoin.

L'année dernière, cette aide avait été bloquée pendant plusieurs mois par Israël. Son versement avait pu finalement reprendre en septembre dernier après la mise en place d'un nouveau mécanisme de transfert financier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI