Koweït: l'opposition remporte les législatives, deux femmes élues

La candidate Alia al-Khaled (g) célèbre, avec ses partisans, le vendredi 30 septembre, sa victoire aux élections législatives au Koweït, qui ont eu lieu la veille.
La candidate Alia al-Khaled (g) célèbre, avec ses partisans, le vendredi 30 septembre, sa victoire aux élections législatives au Koweït, qui ont eu lieu la veille. AFP - YASSER AL-ZAYYAT

Au Koweït, les électeurs étaient de nouveau appelés aux urnes hier, jeudi 29 septembre, pour des élections législatives. Les sixièmes en dix ans dans ce pays englué dans une crise politique. 

Publicité

Avec notre correspondant dans la région, Nicolas Keraudren 

C’est peut-être une page qui se tourne au Koweït.  

Jeudi, lors des élections législatives, 28 des 50 sièges au Parlement ont été pourvus par des membres de l'opposition. Battant ainsi 20 anciens parlementaires, dont trois ex-ministres.

Deux femmes, Alia al-Khaled et Jenan Busheri, ont par ailleurs été élues parmi les 22 candidates qui étaient en lice. Aucune n’avait obtenu un siège lors de la précédente mandature.  

Dans la société koweïtienne, ces résultats insufflent un vent d'espoir et de changement. Après la dissolution du Parlement cet été, le prince héritier du Koweït, le cheikh Mechaal al-Ahmad al-Jaber Al-Sabah, avait promis qu’il n'y aurait aucune ingérence des autorités dans le processus électoral. 

Depuis plusieurs années, le Koweït est embourbé dans une grave crise politique opposant l’exécutif au Parlement. Des tensions persistantes qui ont empêché ce petit émirat pétrolier du Golfe de mener les réformes nécessaires dans un contexte de difficultés économiques. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI