Israël / Territoires palestiniens

Gaza: nouvelles frappes israéliennes, le chef militaire du Hamas visé

Deux habitants de Gaza dans les ruines de leur maison, le 20 août 2014.
Deux habitants de Gaza dans les ruines de leur maison, le 20 août 2014. AFP PHOTO/ ROBERTO SCHMIDT
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La guerre a donc repris au Proche-Orient. Israéliens et Palestiniens s’accusent mutuellement de la rupture du cessez-le-feu. Depuis mardi après-midi, au moins neuf Palestiniens sont morts dans la bande de Gaza.  Et la nuit a été marquée par de nouveaux échanges de tirs.

Publicité

Avec nos correspondants dans les Territoires palestiniens et à Jérusalem, Nicolas Ropert et Muriel Paradon

Toute la nuit, les explosions ont retenti dans la bande de Gaza. Les zones de l’est et du nord ont particulièrement été visées par l’armée israélienne qui a bombardé par le ciel et par la mer.

Les Gazaouis qui espéraient en avoir terminé avec les hostilités ont de nouveau dormi dans la peur. Plusieurs Palestiniens ont été tués, notamment une famille dans une frappe sur une maison située dans le sud de la bande de Gaza. Il y a aussi des dizaines de blessés qui arrivent encore dans les différents hôpitaux de l’enclave palestinienne ce mercredi.

Les tirs de roquettes des groupes combattants palestiniens en direction du territoire israélien n’ont, eux, pas cessé depuis hier. Des roquettes qui ont non seulement visé le sud du pays, mais aussi Jérusalem, tard dans la soirée, et l’aéroport de Tel-Aviv, sans faire de victimes. Malgré un mois d’opération, l’armée israélienne n’a pas réussi à détruire l'armement du Hamas.

Le chef militaire du Hamas ciblé

Par ailleurs, dans un bombardement ciblé, Israël a visé son ennemi public numéro un, le chef militaire du Hamas, Mohammed Deïf.

Parmi les victimes, la femme et la fille du chef de la branche militaire du mouvement islamiste. Cinq missiles ont été lancés contre sa maison. Mais il semblerait que l’homme le plus recherché par Israël n’ait pas été tué dans ces frappes.

Mohammed Deïf est le très discret chef des brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas depuis bientôt 20 ans. Très peu d’informations sont disponibles sur lui. Il n’apparaît presque jamais en public. Ses messages sont rarissimes. Celui que l’on surnomme « le chat aux neuf vies » a échappé à cinq tentatives d’assassinat organisées par Israël. En frappant ses proches, Israël a fait passer un message. « Avec cet acte, Israël a ouvert les portes de l’enfer », ont répondu les brigades al-Qassam dans un communiqué ce matin.

Rappel des négociateurs

Le cessez-le-feu devait s’achever hier à 21 h TU, mais sa rupture avant terme a provoqué la fin des pourparlers au Caire, entre Israéliens et Palestiniens. Les émissaires israéliens ont été rappelés. L’autre partie doit quitter la capitale égyptienne ce mercredi.

Chaque camp a accusé l’autre de l’échec de la trêve. « Le cessez-le-feu est mort et Israël est responsable », a déclaré Azzam al-Ahmed, le chef de la délégation palestinienne. Mais ce responsable a assuré à l’AFP que malgré le départ de sa délégation ce mercredi, les Palestiniens ne se retirent pas des négociations. Une proposition de trêve a toujours cours et la partie palestinienne ne reviendra au Caire que lorsqu’Israël aura répondu à cette proposition, a souligné le diplomate.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail