Irak

Le groupe EI affirme avoir décapité l'otage britannique Alan Henning

<b> Vendredi 3 octobre 2014. </b> EI affirme avoir décapité l'otage britannique Alan Henning, un humanitaire de 47 ans, suite aux frappes britanniques contre ce groupe terroriste en Irak.
<b> Vendredi 3 octobre 2014. </b> EI affirme avoir décapité l'otage britannique Alan Henning, un humanitaire de 47 ans, suite aux frappes britanniques contre ce groupe terroriste en Irak. Reuters/Henning family handout via the British Foreign and Commo

Le groupe Etat islamique a revendiqué ce vendredi 3 octobre le meurtre par décapitation du travailleur humanitaire britannique Alan Henning, âgé de 47 ans, en représailles aux frappes aériennes britanniques contre l'organisation terroriste en Irak, selon le centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE).

Publicité

Article régulièrement mis à jour

La vidéo, qui dure une minute, intitulée « Un nouveau message à l'Amérique et à ses alliés », a été réalisée selon le même scénario que lors des exécutions précédentes de deux Américains et d'un Britannique. D'après SITE, le centre américain de surveillance des sites islamistes, on peut voir dans cette nouvelle vidéo l'otage Alan Henning se présenter et dire : « A cause de la décision d'attaquer l'Etat islamique prise par notre Parlement, je vais maintenant en payer le prix en tant que Britannique ».

Chauffeur de taxi habitant Manchester, au Royaume-Uni, Alan Henning avait rejoint une organisation humanitaire en Syrie pour venir en aide aux populations civiles. Il s'était porté volontaire pour aider les victimes de la guerre civile et avait effectué plusieurs missions avec une association formée par des Britanniques de confession musulmane. C'est en décembre dernier qu'il a été enlevé par un groupe d'hommes armés.

Répétition macabre

Sa détention avait longtemps été tenue secrète par les autorités britanniques et par son entourage - conformément à la méthode employée dans ces situations par les Anglo-Saxons mais il était apparu à la fin de la vidéo montrant la décapitation de son compatriote David Haines. L'organisation Etat islamique l'avait alors présenté comme le prochain otage qui pourrait subir le même sort, si les bombardements de la coalition emmenée par les Etats-Unis devaient se poursuivre.

Dans une répétition macabre, un otage américain est à son tour présenté dans la vidéo diffusée ce vendredi soir. Il s'agit de Peter Kassig, un ancien soldat américain, devenu lui aussi travailleur humanitaire et qui pourrait donc être la prochaine victime de l'organisation Etat islamique.


 ■ REACTIONS : Obama et Cameron soulignent la brutalité de l'EI

La diffusion de la vidéo de l'exécution d'Alan Henning est une nouvelle preuve de la brutalité de ces jihadistes ultra-radicaux, a estimé la Maison Blanche. Le président Obama a promis que justice serait faite : « Ensemble, avec une large coalition d’alliés et de partenaires, a-t-il déclaré dans un communiqué, nous continuerons à agir de manière déterminée pour affaiblir et à terme détruire l’EI ». Soulignant qu’Allan Henning était un volontaire qui voulait aider les Syriens, il a qualifié sa mort de « grande perte pour eux, pour sa famille et pour le Royaume-Uni », s’engageant avec les alliés à traduire en justice les auteurs des meurtres des quatre Occidentaux, dont deux journalistes américains. D'autant que la prochaine victime des jihadistes pourrait bien être un troisième américain.

Le Premier ministre britannique David Cameron a lui condamné « le meurtre brutal d'Alan Henning par l'Etat islamique », estimant que « cela ne fait que montrer à quel point ces terroristes sont barbares et repoussants ». David Cameron a ajouté que ses pensées allaient à l'épouse et aux deux enfants du travailleur humanitaire britannique.

De son côté, François Hollande s'est dit « indigné » par ce « crime odieux » et a promis qu'il « ne restera pas impuni ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail