Accéder au contenu principal
Israël

Attaque meurtrière contre une synagogue à Jérusalem

Selon la police, les deux Palestiniens, armés de haches et de couteaux, ont fait irruption dans la synagogue du quartier de Har Nof à Jérusalem-Ouest mardi 18 novembre au petit matin.
Selon la police, les deux Palestiniens, armés de haches et de couteaux, ont fait irruption dans la synagogue du quartier de Har Nof à Jérusalem-Ouest mardi 18 novembre au petit matin. REUTERS/Ammar Awad
Texte par : RFI Suivre
4 min

Quatre juifs israéliens qui priaient dans une synagogue du quartier ultra-orthodoxe de Har Nof à Jérusalem-Ouest ont été tués par deux Palestiniens. Six autres personnes, dont deux policiers ont été blessées. Selon la police, les agresseurs, qui ont également été tués, venaient de Jérusalem-Est.

Publicité

Article réactualisé régulièrement

Le dernier bilan donné par la police est de quatre Israéliens tués, deux assaillants également abattus par la police et six autres personnes, dont deux policiers, ont été blessées, rapporte notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon.  Les quatre Israéliens possédaient tous une double nationalité, a-t-on appris de source policière à la mi-journée : trois avaient la nationalité américaine et le quatrième était aussi britannique.

Les assaillants sont entrés tôt ce matin dans une synagogue de Har Nof, quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem-Ouest. Une vingtaine de fidèles priaient à l’intérieur. A l’extérieur il y avait Sara Abraham, une habitante du quartier qui a vu ces assaillants munis de grands couteaux, « Il y avait une personne, là, poignardée. C’est le terroriste qui l’a poignardée avant de rentrer à la synagogue. Après j’ai vu la police qui arrivait de partout. En une minute, tout le monde était là et après j’ai vu un terroriste sortir. Ils ont essayé de se sauver. La police s’est mise à tirer, il y en a un qui est tombé. C’était vraiment choquant ».

Cette femme, témoin de la scène, est sous le coup de l'émotion comme tous les habitants du quartier qui sont sortis de chez eux. Shlomo Benlolo, lui, va d’habitude prier tous les matins dans cette synagogue mais il n’y a pas été aujourd’hui, car il était malade. Il pleure maintenant les victimes, des amis : « Il y a quelqu’un que je connais, le pauvre, il était blessé. Le sang coulait, coulait. J’aurais pu être à la synagogue, c’est un miracle, que je sois vivant. Mais je connaissais tout le monde à l’intérieur. Ce sont mes amis. »

Ces ultra-orthodoxes, ces hommes et ces femmes en noir qui dédient leur vie à la prière, tous, observaient ce matin la police faire son travail autour de la scène du crime, au milieu de dizaines de journalistes. Le quartier de Har Nof est un quartier tranquille, en dehors du centre-ville. Personne ne pensait qu’un attentat pouvait arriver ici.

C'est un endroit où on aurait jamais cru qu'il puisse se passer cela. C'est un quartier très très calme où les enfants se baladent tranquilles. Si c'est arrivé là, aucun endroit n'est sûr.

Témoignage d'une habitante du quartier ultra-orthodoxe de Har Nof à Jérusalem-Ouest

A l’extérieur d’un cordon de sécurité dressé par la police, quelques religieux crient leur haine des Palestiniens, soupçonnés d’avoir commis l’attaque. Ils demandent aux autorités israéliennes d’agir plus fermement.

Ce qu’il s’est passé aujourd’hui, c’est le massacre de personnes innocentes, alors qu’elles priaient à la synagogue. Il n’y a pas de doute dans mon esprit : ces gens ne sont même pas des meurtriers mais pire que des animaux. Aller dans une synagogue avec des couteaux de boucher et massacrer des innocents pendant qu’ils prient…Et le pire c’est l’incitation à la violence faite par le Hamas, les groupes terroristes y compris l’Autorité palestinienne, c’est complètement fou.

Nir Barkat, maire de Jérusalem

Les médias locaux montrent des photos de personnes à terre, également une photo de hachoirs pleins de sang, des images choc. Cette attaque, attribuée à des Palestiniens de Jérusalem-Est par les médias locaux survient dans un contexte très tendu.

Hier, un chauffeur de bus palestinien a été retrouvé pendu à Jérusalem et si la police a conclu à un suicide, la famille parle de meurtre par les extrémistes juifs. Depuis un mois la tension est forte à Jérusalem. Il y a eu plusieurs attaques de Palestiniens après des provocations de juifs extrémistes sur l’Esplanade des Mosquées. Les ultra-orthodoxes sont pourtant des religieux qui ne montent pas sur l’Esplanade des Mosquées en général mais visiblement les assaillants n’ont pas fait la différence.

Mahmoud Abbas condamne l'attentat

Le Hamas et le Jihad islamique ont salué l'attentat tandis que le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu en a attribué la responsabilité au Hamas et à Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne qui a condamné l'attentat. Pour sa le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a dénoncé mardi comme un acte d'une « brutalité insensée » l'attaque contre la synagogue.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.