Yémen

Yémen: deux otages tués dans une opération pour les libérer

Cimetière où sont enterrés des combattants tués lors de combats contre les milices d'AQPA à la ville d'Ibb, au sud de Sanaa.
Cimetière où sont enterrés des combattants tués lors de combats contre les milices d'AQPA à la ville d'Ibb, au sud de Sanaa. REUTERS/Mohamed al-Sayaghi

Au Yémen ce matin, l’armée a mené une opération pour tenter de libérer le photojournaliste Luke Somers, un otage américain retenu par un groupe d’al-Qaïda depuis septembre 2013 dans le sud du pays. Cette opération, menée par l'armée yéménite avec l'appui des forces spéciales américaines n’a finalement pas permis de sauvé ce journaliste. Luke Somers, ainsi que Pierre Korkie, un enseignant sud-africain également otage sont tous deux morts. « Un meurtre barbare » a réagi Barack Obama.

Publicité

La mort du journaliste américain a été confirmée en fin de matinée ce samedi par un haut responsable de la présidence yéménite puis par Chuck Hagel, le secrétaire américain à la Défense un peu plus tard. Il a précisé les circonstances de l'opération : « Les forces spéciales américaines ont mené une mission au Yémen, afin de libérer un citoyen américain, Luke Somers, et tout autre citoyen étranger tenu en captivité avec lui par les terroristes d'al-Qaïda dans la Péninsule arabique (Aqpa). Mais M. Somers et un second citoyen non-Américain qui était captif avec lui ont été assassinés par les terroristes de l'Aqpa au cours de cette opération ». Le président Obama a réagi en condamnant « le meurtre barbare » de l'otage américain.

Luke Somers a perdu la vie durant l'opération menée conjoirntement par l'armée yéménite et les forces spéciales américaines. Un autre otage a également été tué. Le Sud-Africain Pierre Korkie, un enseignant qui était retenu en otage depuis mai 2013 selon une ONG qui tentait de négocier sa libération, l'association Gift of the Givers. Il devait être libéré demain dimanche selon l'association.

Dix membres d'Aqpa tués

Dix membres d'Aqpa, seraient morts au cours de cette intervention et un onzième ravisseur aurait été blessé. Cette opération militaire s’est déroulée deux jours après qu’Aqpa ait menacé dans une vidéo de tuer Luke Somers, si les Etats-Unis ne répondaient pas à ses exigences. Washington avait ensuite avoué avoir échoué le mois dernier lors d'une tentative visant à le libérer.

Les Etats-Unis, principal allié du Yémen dans la lutte contre Aqpa mènent régulièrement des attaques de drones contre ce groupe terroriste qui profite depuis 2011 de l'affaiblissement du pouvoir central pour renforcer sa présence, en particulier dans le sud du pays.

Les Etats-Unis engagés au Yémen

La présence militaire américaine au Yémen n’est pas récente, explique le chercheur français François Burgat, « elle date avant même le 11 septembre [2001 NDLR], de l’attentat qui avait eu lieu dans le port d’Aden [en octobre 2000 NDLR] contre un bâtiment de guerre qui participait à l’embargo contre l’Irak, le USS Cole, qui avait fait 17 victimes. Moins d’un an après les évènements du Yémen [on] avait vu l’administration américaine hésiter entre faire du Yémen un ennemi et abattre le régime du Président Ali Abdallah Sahel et s’en faire un allié ».

Les Etats-Unis ont donc hoisi d’investir le Yémen pour tenter de contrôler la présence d’al-Qaïda dans la région. « Ils ont joué le jeu, ça a coûté cher, poursuit François Burgeat,  puisque ça a généré un certain nombre de réactions. Un certain nombre de fractures dans le tissu politique yéménite viennent des concessions qui ont été faites par le régime depuis 2001 ou même depuis 2000. Il faut savoir que les Etats-Unis sont intervenus de multiples façons mais la plus directe ce sont les frappes des drones ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail