Éco d'ici éco d'ailleurs

La crise du Covid-19, aubaine pour les mafias

Audio 48:30
Six hommes italiens ont été abattus le 15 août 2007 en Allemagne, alors qu’ils quittaient une fête d’anniversaire. Les procureurs ont déclaré que le massacre faisait partie d’une querelle de longue date entre deux clans du 'Ndrangheta (mafia calabraise).
Six hommes italiens ont été abattus le 15 août 2007 en Allemagne, alors qu’ils quittaient une fête d’anniversaire. Les procureurs ont déclaré que le massacre faisait partie d’une querelle de longue date entre deux clans du 'Ndrangheta (mafia calabraise). © Wolfgang Wiebold/AP Photo

Les forces mafieuses, omniprésentes, mettent à profit la crise du Covid-19 et son cortège de difficultés économiques pour étendre leur pénétration de l’économie mondiale. 

Publicité

Depuis un an, face à la crise du Covid-19, gouvernements et banques centrales ont cherché par tous les moyens à mettre de l’huile dans ces rouages pour préserver l’intérêt général. Mais, d’autres forces proposent leur aide aux chômeurs ou aux entrepreneurs en perdition. Des forces occultes et qui interviennent dans leurs seuls intérêts particuliers. 

Nous parlons là des escrocs et des mafieux qui cherchent par tous les moyens à tirer parti de la crise actuelle. Nous leur consacrons cette émission parce que les montants en jeu sont colossaux et parce qu’ils mettent en danger le fonctionnement de nos économies.

Avec :

- Chantal Cutajar, maîtresse de conférences à l’Université Strasbourg, spécialiste de «droit privé et sciences criminelles», directrice du Collège européen des investigations financières. 

- Dennis Rodgers, anthropologue et sociologue. Il mène recherches et enseignement au sein de l’Institut des Hautes Études Internationales et du Développement, à Genève. Depuis deux ans, il étudie les dynamiques des gangs au Nicaragua, en Afrique du Sud et en France. 

- Clotilde Champeyrache, maîtresse de conférences à l’Université Paris 8, spécialiste de la mafia. A publié, en 2020, un livre qui s’intitule «La face cachée de l’économie, néolibéralisme et criminalité», aux Presses Universitaires de France. 

 


Le confinement, la dépendance chaque fois plus forte envers la technologie, le télétravail ont provoqué une forte poussée des délits informatiques en Équateur. Dans ce pays d’Amérique latine de 17 millions d’habitants, on a découvert le 13 janvier 2021 l'existence d'un réseau de cyber escrocs internationaux qui vendaient de faux vaccins contre le Covid-19. La police de prévention des délits cybernétiques est intervenue pour mettre fin aux envois de courriels et WhatsApp offrant ces faux vaccins. Mais le mal était déjà fait.

REP / Quito : Mezcla

L’un des éléments de base de la criminalité financière, c’est la corruption. La corruption n’est pas une thématique nouvelle en Afrique du Sud. Le président Cyril Ramaphosa promet depuis son arrivée au pouvoir en 2018, de mettre fin à ces pratiques et en particulier de rétablir la transparence au sommet de l’État. Sauf qu’en pleine pandémie, alors que les Sud-Africains souffrent de la situation sanitaire et des restrictions économiques, les scandales et les affaires ont repris de plus belle.

REP / Af.Sud : corruption

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail